Menu

Fermer le menu

Conserveries Micouleau : la recette de la pérennité

Ils sont trois. Les trois arrières petits-enfants d’Antoine Micouleau, établi charcutier en 1888 à Beaumont de Lomagne. Plus que ses recettes, il a surtout transmis la passion à sa descendance. Le goût aussi, des produits justes et du travail bien fait. C’est tout le talent de cette famille qui a su rester « une maison » avant de s’imposer comme une entreprise de conserveries de produit de terroir.

Pourtant, cette qualité reconnue, labellisée et médaillée, oblige à surmonter quelques handicaps. En effet, l’économie contemporaine s’encombre mal des valeurs de l’esprit et de l’éthique artisanale. La croissance a des impératifs que le cœur n’a pas, surtout quand vient l’heure de passer le relais. Françoise Dirat, héritière avec sa sœur et son frère des Conserveries Micouleau, sent que le temps de la relève est proche, et la génération suivante a d’autres aspirations. Parce qu’il est difficile de trouver des mains qui sauront poursuivre l’œuvre de plusieurs vies, Françoise Dirat s’est tournée vers la CCI Tarn-et-Garonne « pour tenter de faire entrer dans l’entreprise une personne qui aurait à la fois le goût du travail et le respect des valeurs de l’entreprise ». En clair : « on ne veut pas d’un businessman ». Certes, mais elle admet aussi que le successeur ne pourra pas non plus être « que » charcutier : les conserveries Micouleau emploient aujourd’hui 18 personnes, manipulent tous les ans 5 tonnes de foie gras, 40 tonnes de confit et 20 à 30 tonnes de légumes frais et secs, pour un CA annuel d’environ 2,50 M€. « La CCI Tarn-et-Garonne a compris la complexité dans laquelle nous nous trouvons. Nous sommes en contact permanent pour la recherche d’une ou plusieurs personnes compétentes. Leurs conseils nous aident surtout dans la stratégie à déployer et la connaissance des réseaux vers lesquels nous pouvons nous tourner », se rassure Françoise Dirat. « Ils nous aident dans la diffusion de l’information, et c’est précieux car nous sommes un peu démunis, nous n’avons pas ce savoir ». Fort heureusement, le temps ne presse pas encore. Les arrières petits-enfants d’Antoine Micouleau comptent sur la CCI Tarn-et-Garonne pour « réfléchir » et faire la part entre l’émotion et la nécessité.

La CCI Tarn-et-Garonne a compris nos intentions de maintenir l’esprit artisanal de notre activité. Elle nous aide à déployer des stratégies que nous maîtrisons mal, et à aller vers des réseaux que nous méconnaissons - Françoise Dirat, codirectrice des Conserveries Micouleau.

À retenir :

  • Création en 1888 par Antoine Micouleau
  • Reprise par trois arrières petits-enfants du fondateur
  • 5 tonnes de foies gras et 40 de confit utilisés chaque année
  • 18 salariés pour un CA de 2,50 M€ environ

 

Publié le 10 mars 2020

 

Twitter