Menu

Fermer le menu

Formation, les CCI changent de classe

Deuxième formateur de France après l’Éducation Nationale, notre réseau, à l’instar du système de formation allemand envié par nombre de pays, est hyperconnecté avec les entreprises. C’est pour conforter ce rôle d’acteur de proximité de premier plan que, dans un secteur en pleine mutation, décision a été prise d’externaliser nos activités apprentissage et formation professionnelle continue au sein d’une structure unique.

Contribuer à faire émerger un marché de la formation et investir en premier lieu dans les personnes faiblement qualifiées étaient les deux véritables grands objectifs annoncés de la réforme de la formation. Il est vrai que notre pays souffre d’un déficit de compétences aussi réel que structurel : 32 % seulement des Français en âge de travailler bénéficient chaque année d’une action de formation (plus de 50 % en Allemagne, et 66 % dans les pays nordiques). « Un salarié sur trois est en inadéquation avec son poste, principalement du fait de sa sous-qualification. Pour les chefs d’entreprise que nous sommes et représentons, et plus largement pour le marché du travail et les salariés, c’est peu dire qu’une réforme était attendue » rappelle Alain Di Crescenzo, président de la CCI Occitanie et 1er vice-président de CCI France.

 

Plus que jamais au service des entreprises

Le big-bang annoncé par le gouvernement se concrétise aujourd’hui. Et deux points donnent, à eux seuls, la mesure de la mutation en cours. D’une part, la loi du 5 septembre 2018 sur la liberté de choisir son avenir professionnel, qui a libéralisé le marché de la formation et de l’apprentissage en faisant de chaque individu, apprenti, salarié ou demandeur d’emploi, l’acteur de son propre projet professionnel. D’autre part, cette loi donne à chaque entreprise la possibilité de créer son propre centre de formation d’apprentis. En parallèle, l’impossibilité -à compter du 1er janvier 2022- de financer par la Taxe pour Frais de Chambre (ressource attribuée par l’État aux CCI) les activités de formation (écoles, apprentissage, formation professionnelle continue), a conduit les CCI à repenser leur équation et changer de paradigme. « Il y a 2 ans à peine, nous avons démontré notre agilité et notre capacité à nous mobiliser pour le développement des compétences au service des entreprises en devenant la première région à fusionner les 14 CFA de notre territoire. Cette démarche volontariste de mutualisation et de rationalisation nous a permis, en parlant d’une seule voix, de devenir un interlocuteur de référence. Aujourd’hui, dans un écosystème qui s’est ouvert à tous, pour devenir l’acteur référent incontournable de la formation et de l’apprentissage en Occitanie, nous avons pris la décision d’externaliser nos activités apprentissage et formation professionnelle continue, au sein d’une structure unique capable de répondre à ces nouveaux enjeux. Nous entendons ainsi réaffirmer haut et fort la volonté de notre réseau de jouer un rôle majeur dans le domaine de la formation et de l’apprentissage via une organisation repensée et adaptée ».

 

Conforter nos atouts, supprimer nos faiblesses

85 % de réussite aux diplômes et 87 % d’insertion professionnelle, un statut de leader en région sur l’apprentissage depuis plus de 40 ans, des OPCO qui sollicitent la CCI sur des appels d’offres régionaux et nationaux en formation et en apprentissage… : la performance du réseau est reconnue. « Mais, dans ce nouveau paysage, les contraintes juridiques imposées à des établissements publics comme les nôtres induisaient une distorsion de concurrence. La création de cette structure va nous permettre de nous positionner comme le partenaire privilégié des entreprises dans le développement de leurs compétences, d’être l’accélérateur de compétences des apprenants et de faire face à nos nouveaux concurrents grâce à une approche performante, créative et séduisante mais, aussi, de pérenniser nos activités. Cette structure prendra la forme d’une association et sa gouvernance sera totalement assurée par les CCI. Notre objectif est clair : développer une offre de formation souple, adaptable, agile, digitale et innovante pour anticiper les besoins des entreprises » détaille Alain Di Crescenzo. Grâce à l’engagement d’équipes fortes d’une longue et riche expérience de tous les aspects de la formation et d’une marque attractive, dotée d’une identité visuelle capable de rassembler tous les publics, les CCI cochent toutes les cases pour être les bons élèves de cette nouvelle classe des acteurs de la formation.

Pour devenir l’acteur référent incontournable de la formation et de l’apprentissage en Occitanie, dans un écosystème qui s’est ouvert à tous, nous avons pris la décision d’externaliser nos activités apprentissage et formation professionnelle continue, au sein d’une structure unique capable de répondre à ces nouveaux enjeux - Alain Di Crescenzo, président de la CCI Occitanie et 1er vice-président de CCI France

Publié le 10 mars 2020

 

Twitter