Menu

Voccitanie Média
Fermer le menu

Jean Fil SAS, le seul cotonnier de France est gersois

Créée par trois agriculteurs de Montréal-du-Gers, l’entreprise produit depuis cette année un polo entièrement Made in France. Après 100 polos produits cette année, les trois associés entendent commercialiser quelque 1 000 exemplaires l’an prochain.

La culture du coton n’est pas une affaire française. Jamais, contrairement à l’Espagne et la Grèce, l’Hexagone n’a accueilli de culture cotonnière. Ce manque est aujourd’hui pallié par trois agriculteurs gersois associés au sein de l’entreprise Jean Fil SAS. “Nous sommes céréaliers et nous cherchions à nous diversifier. Je pense par ailleurs qu’une part de notre survie tient dans la fabrication de produits finis”, explique Yohan de Wit, cofondateur de Jean Fil SAS avec Médéric et Samuel Cardeillac. En 2017, le trio se pique donc de produire du coton sur leurs terres de Montréal-du-Gers. La fibre végétale sera ensuite destinée à des transformateurs installés dans les Vosges (Valrupt Industries) et dans l’Aube (Aube Tricotage, France Teinture, Chanteclaire, @3 Sobrofi-Serimar) pour les différentes étapes de transformation : filature, tricotage, teinture, confection, broderie… “Pour le design, c’est une amie, séduite par notre projet, qui s’en est chargée. L’objectif est de réaliser un vêtement 100 % made in France”, détaille Yohan de Wit qui distribue les 100 polos produits en 2018 sur le site internet de l’entreprise jeanfil.fr. Avec un vêtement vendu 120 euros TTC pièce, l’entreprise devrait atteindre les 8 000 euros de chiffre d’affaires. C’est encore loin de faire vivre nos agriculteurs mais les cotonniers gersois ont décidé de tripler dès l’an prochain leur production de coton pour monter progressivement en charge au milieu de leurs 25 ha de terres cultivées en céréales. “Nous apprenons notre métier. En 2017, il y a eu des soucis à la filature, notamment parce que nos partenaires n’ont pas l’habitude de traiter de si faibles volumes. Nous ferons mieux cette année”, espère le dirigeant. Ainsi, grâce à 300 kg de coton ramassés à l’automne 2018, Jean Fil table sur la mise sur le marché de 800 à 1 000 polos en 2019. Selon nos agriculteurs, le sol argilo-calcaire de leurs parcelles serait particulièrement propice à la culture du coton. “La pluviométrie naturelle et la rétention d’eau nous permettent de ne pas irriguer”, précisent les cotonniers qui, depuis peu, sont accompagnés par un ingénieur agronome du Cirad, pour un meilleur suivi dans leur développement.

 

À retenir :

  • 1 000 polos produits en 2019 (contre 100 en 2018)
  • 300 kg de coton ramassés cet automne
  • CA 2017 : 8 000 euros

 

En complément

Inscription – Newsletters Voccitanie

Twitter

  • 🔴Bourget 2019 J-3 🔴 Cette année encore, l'Occitanie vient défendre ses couleurs pour cette 53e édition ! ✈️ Avec 8… https://t.co/1AzQ9uhdrt Il y a 2 jours 17 heures
  • 📣Occistart peut vous aider à développer votre projet via le financement participatif. 📅Jusqu'au 15/07 venez partic… https://t.co/AIBt1AecCf Il y a 2 jours 18 heures