Menu

Voccitanie Rezo
Fermer le menu

3 questions à Rémi Branet, Président de la CCI du Gers

La récente commande record d’Airbus pose la question des cadences de production. Les entreprises gersoises de la filière ne cessent de se développer et vous avez pris un certain nombre d’initiatives pour répondre à leurs besoins et aux enjeux du secteur. Quel regard portez-vous sur la place croissante occupée par le Gers dans l’aéronautique d’Occitanie ?

 

Rémi Branet : Peu de gens le savent mais l’aéronautique est le second secteur industriel gersois derrière l’agro-alimentaire. De grands groupes et des entreprises spécialisées de la filière plébiscitent fortement le Gers, en s’y installant. Elles rejoignent celles qui sont nées ici et qui y ont prospéré grâce à leur dynamisme et un environnement de travail attractif. Ces entreprises apportent leur savoir-faire de proximité aux grands donneurs d’ordre du secteur dans les domaines de la mécanique et de l’usinage, de la maintenance ou de l’ingénierie R&D. Pour valoriser cette dynamique, la CCI du Gers a organisé le 6 octobre dernier à l’aéroport d’Auch-Gers le premier forum de l’Industrie Aéronautique du Gers, Aérogers. 28 entreprises exposantes étaient présentes lors de ce rendez-vous et 200 chefs d’entreprises et donneurs d’ordres venus de la région Occitanie ont pu rencontrer ces experts de la filière gersoise. Pari réussi pour cette première édition qui a été l’occasion d’annoncer l’ouverture du «Campus Aérogers», labellisé par l’Apave, sur le site de l’aéroport. En 2018, notre CCI va également créer et animer un club aéronautique qui accompagnera la dynamique de cette filière porteuse de développement pour le Gers.

 

Vous êtes le coordonnateur du Défi DD RSE de la CCI Occitanie. Le développement durable est, au-delà de l’aéronautique, au cœur du développement de notre région (énergie, maritime, agroalimentaire, agriculture…). Pouvez-vous nous parler du travail mené par ce Défi et des actions lancées et à venir ?

RB : La CCI Occitanie a choisi de structurer les actions Développement Durable en un Défi, co-animé par 3 experts, pionniers dans leur domaines respectifs : William Vidal, que je connais bien, Président d’Ecocert et vice-président de la CCI du Gers, Jean-François Rezeau, Directeur de Veolia Recyclage et Valorisation des déchets, et André Joffre, Président de Tecsol et du Pôle Derbi. Des actions visant à réduire la consommation d’énergie des entreprises (et de fait, leur facture), à obtenir des certifications qualité pour décrocher de nouveaux contrats, à réduire les risques professionnels et à mettre en œuvre des démarches d’économie circulaire sont lancées. L’objectif est d’accompagner les entreprises dans la pérennisation et le développement de leur activité sur le moyen et le long terme, par une meilleure compréhension de leur environnement et de leur écosystème. Parce qu’une entreprise qui ne subit pas les mutations est globalement plus efficace.

 

Près d’un an après la création de la CCI Occitanie, et dans un contexte budgétaire délicat, quelle est votre appréciation sur les synergies d’organisation et de moyens permises par l’interconnexion des CCI territoriales entre elles et avec la CCI de région ?

RB : Le contexte est, en effet, difficile : l’annonce du gouvernement nous demandant de réduire notre ressource de 17% en 2018 a été un vrai choc. D’autant plus que le réseau a fait de nombreux efforts pour se rationaliser et trouver les synergies nécessaires à une plus grande efficience. Le travail engagé depuis plus d’un an par les CCI d’Occitanie au travers des Défis y a fortement contribué. Cette organisation en CCI territoriales permet d’assurer un service de proximité de qualité, tout en bénéficiant de ressources et d'expertises mutualisées, d’une offre de services digitalisée et de fonctions support performantes. Mais l’Etat nous laissera-t-il le temps de progresser encore dans nos actions au service des entreprises et des territoires ?

En complément

Inscription – Newsletters Voccitanie

Twitter