Menu

Voccitanie Média
Fermer le menu

OCNI, quand les saveurs se dessinent au crayon

Avec ses assaisonnements en forme de crayons à tailler, OCNI – Objets Comestibles Non Identifiés – n’en finit pas d’innover. Ail noir du Japon, gingembre, citron confit... Depuis son laboratoire d’Alès, OCNI épice la cuisine française ou d’ailleurs et propose une mise en bouche « arty », made in Occitanie, qui donne mine du Japon au Canada.

Entre la cuisine et les beaux-arts, Benoît Le Guein, n’a pas choisi. À la fois cuisinier, pâtissier, artiste plasticien et designer culinaire, ce créatif, qui se définit comme un « savant food », a mis au point, dès la fin de ses études, ses premiers crayons culinaires. Pour développer ce produit inédit, Benoît Le Guein s’installe à Alès dans le Gard en 2015 et créé OCNI avec 2 commerciaux, Tristan Cano et Nadia Lahrichi. Quatre ans plus tard, l’équipe compte 7 salariés et OCNI propose une palette de 12 crayons multicolores, bio et sans conservateur. Des crayons de saveurs que l’on taille comme un écolier au-dessus de son assiette pour relever ses plats ou ses desserts et vivre une expérience unique : ludique, visuelle et puissante en bouche. « Une expérience qui casse les codes de la gastronomie et amène de l’étonnement et de la curiosité dans le déroulé des repas », assure Benoît Le Guein. Vendus via le site Internet et dans près de 200 épiceries et concepts stores de France, les crayons OCNI sont désormais diffusés chez « Nature et Découverte ». OCNI compte aussi une antenne au Canada. Et depuis un an, exporte au Japon. Repérée, lors de la foire de Paris de 2018, l’entreprise a bénéficié de l’engouement des médias. « Depuis, notre chiffre d’affaires a été multiplié par 3 », se réjouit Benoît Le Guein. Utilisés par des traiteurs, les crayons séduisent aussi les grandes toques. Sébastien Rath, jeune chef du Gard, vient de se laisser séduire par le dernier né de la collection, parfumé au poivre de Timut et aux arômes d’agrume.

Les crayons proposent une expérience qui casse les codes de la gastronomie et amène de l’étonnement et de la curiosité dans le déroulé des repas - Benoît Le Guein, créateur d’OCNI.

À retenir : 

  • 7 salariés
  • Entre 10 000 et 20 000 crayons produits chaque mois
  • Présence au Canada et au Japon
  • 500 000 € CA en 2018-2019, multiplié par 3 cette année
  • Une gamme de 12 et bientôt 13 crayons

 

En complément

Twitter