Menu

Voccitanie Data
Fermer le menu

Zoom sur la filière fruits et légumes

La filière fruits et légumes à l’heure des changements climatiques

 

On sait le leadership de l’Occitanie dans les domaines agricoles, viticoles, agroalimentaire… Parmi les cultures pour lesquelles notre région performe, il faut citer les fruits et légumes. Une filière qui, en dépit des aléas climatiques, demeure confiante car les produits français sont désormais très attendus sur les étals.

2e région arboricole fruitière de France et 4e région hexagonale pour le maraîchage, la filière fruits et légumes d’Occitanie fait travailler 35 000 personnes et génère 800 millions d’euros de chiffre d’affaires. 1re sur les pommes, championne des AOC (oignon doux des Cévennes, cerise de Céret, ail violet de Cadour, olive de Nîmes…) et vivier industriel de la transformation (Andros, Florette, Saint Mamet), la filière fruits et légumes régionale rayonne sur environ 60 000 hectares cultivés répartis sur 6 000 exploitations et 780 établissements de collecte, conditionnement et transformation. Derrière ces chiffres bruts se cache une extraordinaire diversité de situations. Ainsi, les enjeux commerciaux et environnementaux concentrent particulièrement l'attention particulièrement Raphaël Martinez, le directeur de la Filière Fruits et Légumes (FFL) Occitanie, qui fait face à une forte hétérogénéité de situations. “L’année a été, encore une fois, compliquée sur le plan météorologique. Nous avons connu une longue période de gel qui s’est, par endroits, prolongée jusqu’à début mars… Le mois de mai a également été pourri”, commente-t-il. Une telle situation ne pardonne pas : “Le niveau de récolte a été faible, voire très faible, pour les fruits d’été”, analyse le directeur. Certains produits stockables, tels la pomme et l’oignon, ont été moins impactés que d’autres. “On ne peut donc pas faire de généralités”, avertit Raphaël Martinez. “Les fraises, principalement cultivées hors sols, les nectarines, ou encore le raisin de table tirent bien leur épingle du jeu. En revanche, nous avons connu une demi-récolte d’abricots et de prunes”, soutient-il. En guise d’espoir, Raphaël Martinez note que les productions françaises sont aujourd’hui davantage attendues sur les étals. “Cette attente oblige les agriculteurs à investir dans des systèmes de protection pour leurs arbres ou encore des clôtures, tels que filets ou tunnels. Les exigences du marché sont fortes” expose-t-il. Faible présence de résidus phytosanitaires sur les fruits et légumes vendus, limitation de l’usage de produits tels que le glyphosate ou les néocinoides, font désormais partie des critères de choix de la grande distribution qui exige de plus en plus une agriculture dite raisonnée. Le bio, lui, gagne également des parts de marché laissant augurer pour les agriculteurs de meilleures marges que d'autres méthodes de culture. “Le Bio demeure cependant très minoritaire”, tempère Raphaël Martinez qui parle de “5 à 7 % des vergers certifiés AB dans la région.” Les lignes bougent cependant sous l’impulsion des industriels. Ainsi, en Camargue, la coopérative Conserves Gard (600 hectares de vergers), fournisseur de St Mamet (leader français du fruit en conserve), prévoit de convertir progressivement ses cultures en bio.

 

À retenir :

  • 2e région arboricole fruitière de France
  • 60 000 : le nombre d’hectares de fruits et légumes cultivés en région
  • 6 000 : le nombre d’exploitations agricoles
  • 800 millions : le chiffre d’affaires de la filière en Occitanie

 

L’attente croissante de produits français sur les étals oblige les agriculteurs à investir dans des systèmes de protection pour leurs arbres ou encore des clôtures, tels que filets ou tunnels. Les exigences du marché sont fortes. Raphaël Martinez, directeur de la Filière Fruits et Légumes (FFL) Occitanie

 

En complément

Inscription – Newsletters Voccitanie

Twitter

  • Une "exposition virtuelle" à l'occasion du lancement de l'entreprise toulousaine Il y a 21 heures 49 min
  • RT : Début du séminaire sur le Programme « European Defence Fund and EU Defence Industrial Development Programme » par l… https://t.co/n6DoDXdKtA Il y a 1 semaine 2 heures