Menu

Voccitanie Data
Fermer le menu

Zoom sur la filière industrie métallurgique

Une belle dynamique et des enjeux d’avenir

 

Pour le secteur industriel, l’année 2017 a été particulièrement favorable en Occitanie, avec une hausse du chiffre d’affaires de 4,9 % au global. La filière fait cependant face à divers enjeux pour maintenir sa croissance.

 

Avec une croissance du chiffre d’affaires de 4,9 % en 2017, l’industrie régionale a démontré un fort dynamisme. L’ensemble des secteurs sont concernés par cette hausse d’activité, à l’exception des équipements électriques et électroniques (- 1,8 %). Cette bonne santé est évidemment due en grande partie au secteur des transports, dont le chiffre d’affaires est en progression de 7,6 %. Les prévisions pour 2018 sont favorables avec une hausse de 4 % de l’activité globale et une reprise dans le secteur des équipements électriques et électroniques.

Grâce à cette croissance, les effectifs des entreprises industrielles sont en croissance en Occitanie, comme c’est le cas depuis 2008. L’an dernier, ils ont ainsi augmenté de 2,3 %. On compte aujourd’hui environ 4 000 établissements industriels pour 120 000 salariés dans la région, hors agroalimentaire et chimie. Les trois-quarts sont répartis sur l’ancien territoire de Midi-Pyrénées en raison de la présence des grands donneurs d’ordre de l’aéronautique et du spatial. La tendance devrait se poursuivre en 2018 (+ 1,4 %) selon la Banque de France.

Malgré cette dynamique positive, l’industrie fait face à de nombreux enjeux. L’attractivité du secteur est en effet au cœur de son développement alors que les besoins augmentent. L’industrie est ce que l’on appelle un secteur en tension, c’est-à-dire que les entreprises n’arrivent pas à pourvoir les postes qu’ils créent faute de profils adaptés. La faute à certains stéréotypes qui ont la vie dure et qui amènent certains à sous-estimer les perspectives offertes en termes de carrière, d’opportunités et de rémunération. « La question de la formation et de l’apprentissage est essentielle pour l’attractivité de nos entreprises. Il y a de vrais débouchés dans l’industrie », insiste Bruno Bergoend, vice-président de l’UIMM Occitanie. Avec l’essor de l’industrie 4.0, les besoins évoluent autour de la numérisation, du big data ou de l’impression 3D et viennent compléter les métiers traditionnels.

Au-delà de ces problématiques, la bonne santé actuelle du secteur doit pousser les PME et ETI à se diversifier. Le développement des transports hybrides ou électriques est une piste importante mais l’UIMM régionale souhaite encourager une autre filière : celle du démantèlement des centrales nucléaires, qui représente un enjeu d’avenir au niveau mondial.

 

À retenir :

  • 4 000 entreprises industrielles
  • 120 000 salariés
  • 4,9 % de CA en 2017

 

Les entreprises industrielles recrutent dans les métiers traditionnels mais aussi dans les nouveaux métiers liés aux nouvelles technologies. 

Bruno Bergoend, vice-président de l’UIMM Occitanie

 

 

Twitter