Menu

Voccitanie Média
Fermer le menu

2020, une année (très) intense

Dans le domaine économique, les vœux de début d’année sont aussi l’occasion d’entendre des choses que, précisément, on ne souhaite pas voir se réaliser. Exemple, la révision à la (légère) baisse des prévisions de croissance pour 2020 ou la facture des mouvements sociaux, qu’il faudra bien payer… Alain Di Crescenzo a, lors de ses vœux à la presse, dressé un panorama expert : non dénué d’opportunités et pas exempt de difficultés.

« En 2020, ce sera « Aide-toi car le ciel ne t’aidera pas ! » Les entreprises vont devoir faire preuve d’agilité. Tout comme le réseau consulaire, en pleine refondation de son modèle économique. Rien d’extraordinaire toutefois puisque, dans un cas comme dans l’autre, nous sommes sur une trajectoire dans la continuité de 2019. » annonce d’emblée le Président de la CCI Occitanie et 1er Vice-Président de CCI France. En effet, si la croissance du PIB est attendue à 1,3 % en 2019, elle devrait fléchir à 1,1 % en 2020, avant de revenir à 1,3 % en 2021 et 2022 (prévision Banque de France). « Dans ce contexte, le taux de chômage poursuivrait tout de même sa baisse, pour passer en dessous de 8 % fin 2022. La nette dégradation de l'environnement international devrait se traduire par un ralentissement marqué des exportations avec une croissance nationale essentiellement soutenue par le dynamisme de la demande intérieure qui repose elle-même sur un investissement des entreprises ET des particuliers qui resterait porté par des conditions financières favorables.

Et, un gain de pouvoir d'achat, qui depuis fin 2018 favorise une accélération progressive de la consommation des ménages qui atteindrait un pic en 2020 » détaille Alain Di Crescenzo.

Une situation qui, si elle peut sembler peu flatteuse, est à rapprocher de celle de l’Allemagne, créditée de seulement 0,6 % de croissance pour 2020.

 

Un ralentissement globalisé

Une perte de vitesse qui est généralisée puisque, au niveau mondial et selon l’OCDE, la croissance devrait plafonner à 2,9 % (vs 3,5 % en 2018), soit son taux au plus bas niveau depuis la récession mondiale de 2009. « Cette situation difficile a une conséquence directe puisque 2019 est l’année du record des défaillances d’entreprises en France (+9 % en 2019 et +6 % prévus en 2020). C’est dans ce contexte, où notre économie doit absolument rebondir, qu’interviennent les nièmes coups de rabot sur le budget des CCI… À un moment où il faut conforter les acteurs qui soutiennent le développement économique, dont les Chambres sont le référent de proximité, cette trajectoire budgétaire est une hérésie ! Pour bien comprendre de quoi l’on parle, pour la CCI Occitanie, c’est -7,5M€ en 2019, -10 M€ en 2020, - 8,7 M€ en 2021 et à nouveau - 8,7 M€ en 2022. Ainsi fin 2022, nous constaterions une baisse de 76 % de la Taxe pour Frais de Chambre (TFC) par rapport à 2012. Soit pour les CCI d’Occitanie, un chiffre aberrant pour quiconque côtoie la sphère économique de 28,50 M€ en 2022 vs 117,40 M€ en 2012, c’est-à-dire 88,90 M€ de baisse entre 2012 et 2022 ! La dernière partie de cette trajectoire, 2021 et 2022, n’est pas supportable par le réseau, est antiéconomique car il faut plus que jamais soutenir le développement et, enfin, n’est socialement pas responsable car synonyme de forte restructuration pour le réseau -environ -30 % d’effectif sur la période 2019-2022 » poursuit Alain Di Crescenzo. Une situation d’autant plus dommageable au vu du potentiel de notre région.

 

L’économie d’Occitanie, résilience et performance

« En Occitanie, l’économie régionale a, cette année encore été bien orientée en 2019 puisque, si l’on considère l’activité des entreprises hors commerce, tous les secteurs ont revu à la hausse leurs prévisions pour l'année 2019, comme le note la Banque de France. Idem sur le plan de l’emploi salarié, où tous les secteurs d’activité sont sur une dynamique annuelle positive avec, pour quasiment tous, des chiffres au-dessus de la moyenne nationale (+1,9 % en Occitanie contre + 1,3% pour la France). Même chose pour la création d’entreprise, le taux de défaillance, la balance commerciale… : l’Occitanie fait la course en tête sur les principaux indicateurs. »

 

Un territoire d’excellence maillé par un référent de proximité : les CCI

2020 sera l’année de la transformation du business model des CCI. En effet, loi Pacte oblige, le réseau des CCI devra développer davantage de prestations ou de services tarifés pour générer du chiffre d’affaires, rendre leurs meilleurs produits plus rentables et créer de nouveaux produits et services. « Les grands axes de travail de notre CCI de région seront, pour l’Appui aux entreprises, de faire plus et mieux avec moins de moyens. Nous mettrons au profit de l’écosystème entrepreneurial, ce que nous avons appelé notre vision 360 de l’Entreprise au travers, notamment, du digital, de la mise en place d’une approche commerciale auprès de nos clients, de l’international et de la dynamisation de la transmission/reprise » conclut Alain Di Crescenzo en annonçant aux journalistes une belle et intense année économique.

 

Twitter