Skip to main navigation Skip to main navigation Aller au contenu principal Skip to breadcrumb Skip to footer

1er accélérateur des entreprises

Recherche

APICULTURE, QUAND L’OCCITANIE BOURDONNE

Première région française en termes de production de miel devant la Nouvelle-Aquitaine, l’Occitanie a connu en 2016 une baisse de son rendement, comme l’ensemble du pays. Si la filière apicole fait face à de multiples enjeux, elle attire de plus en plus de producteurs venus d'horizon très divers.
APICULTURE, QUAND L’OCCITANIE BOURDONNE
Partagez sur Facebook Partagez sur Twitter Partagez sur LinkedIn
Partagez par Email
Imprimez
Mardi 27 février 2018

Avec près de 3 500 tonnes de miel produites en 2016, l’Occitanie occupe la première place au niveau national, suivie par la Nouvelle-Aquitaine et l’Auvergne-Rhône-Alpes. Elle bénéficie, il est vrai, d’un climat ensoleillé qui favorise la diversité de la flore et, donc, des variétés de miel. Le Gers, la Haute-Garonne, l’Hérault et le Gard sont les principaux départements producteurs. Depuis 2015, la région compte une des trois « Indication géographique protégée (IGP) » françaises en matière de miel : le miel des Cévennes. « Notre région est forte d’un terroir extrêmement riche qui offre une grande diversité de production. Et nous avons également une forte densité d’apiculteurs, avec des profils très variés. Enfin, avec l’IGP miel des Cévennes, l’Occitanie possède un atout très intéressant » indique Éric Lelong, membre du conseil d’administration de l’Association de Développement de l’Apiculture (ADA) en Occitanie. On trouve en effet sur le territoire plus de 5 000 apiculteurs, qui peuvent être des professionnels, des pluriactifs ayant une activité apicole suffisante pour la commercialisation, des agriculteurs qui possèdent des ruches ou des apiculteurs de loisirs, qui comptent moins de 50 ruches. Ces derniers sont les plus nombreux. « On constate un véritable engouement pour l’abeille depuis plusieurs années, se réjouit Éric Lelong. Il y a de plus en plus d’installations, dont beaucoup de gens en reconversion. »

Une filière qui attire, mais qui fait face à de nombreux défis pour les années à venir. Le changement climatique, responsable de périodes de sécheresse ou d’orages de grêles, pèse sur le rendement, comme l’illustre l’année 2016. L’apiculture doit également gérer l’arrivée de nouveaux prédateurs de l’abeille, comme le frelon asiatique ou le varroa, mais aussi, bien sûr, l’impact des pesticides. Enfin, « le développement de la monoculture réduit la diversité du bol alimentaire des abeilles », déplore Éric Lelong.

À retenir

  • 1re région française en production (2016)
  • 3 495 tonnes de miel produites en 2016
  • 22 % de la production française provient d’Occitanie
  • 163 950 ruches détenues par 5 187 apiculteurs
  • 473 exploitations spécialisées dans l’apiculture
  • 1 IGP : Le Miel des Cévennes