Skip to main navigation Skip to main navigation Aller au contenu principal Skip to breadcrumb Skip to footer
1er accélérateur des entreprises

Au Cœur du Bois, le charpentier-bâtisseur

Cédric Peytouret a conservé l’esprit et la façon qui portaient « Au Cœur du Bois », un atelier artisanal de charpente créé en 1999, qu’il a repris en 2013. Il en a pérennisé le savoir-faire traditionnel tout en se donnant les moyens de proposer des services étendus à une clientèle exigeante, qui souhaite acquérir, réparer ou sauvegarder une charpente conçue dans les règles de l’art et du compagnonnage.
Au Cœur du Bois, le charpentier-bâtisseur
Partagez sur Facebook Partagez sur Twitter Partagez sur LinkedIn
Partagez par Email
Imprimez
Lundi 30 août 2021

En sept ans, Cédric Peytouret a fait d’Au Cœur du Bois une entreprise en plein essor. Son prédécesseur avait établi la réputation de l’enseigne avec un seul salarié. Au moment de la reprise, l’atelier réalisait un CA de 250 000 €. Aujourd’hui, ce sont douze personnes et, régulièrement un apprenti compagnon, qui perpétuent le geste appelé à restituer la charpente dans l’histoire des bâtiments qu’elle épouse. En 2019, Au Cœur du Bois a aligné un CA de 1,5 M€, en léger retrait en 2020, à 1,1 M€ pour cause de confinement. L’empêchement à se rendre sur les chantiers, n’a pas pour autant entravé la détermination de Cédric Peytouret : eu égard au développement de l’entreprise, il l’a à la fois modernisée et a agrandi ses ateliers. Contraint par l’espace originel, il a fait construire un bâtiment adapté à sa croissance.

Une entreprise qui déménage

L’entreprise a donc déménagé à Vergèze, dans un bâtiment récemment sorti de terre. Un investissement d’environ 550 000 € pour lequel l’entrepreneur a dû chercher des solutions. « Après avoir cherché seul, en vain, je me suis tourné presque par hasard vers la CCI Gard où j’ai enfin pu trouver des interlocuteurs ». Son conseiller l’oriente vers les fonds du FEDER, dont Cédric Peytouret ignorait tout de la mécanique parfois complexe : « J’ai pu obtenir 133 000 € de subventions que, seul, je ne serais jamais parvenu à solliciter, tant la problématique du dossier de demande me paraissait complexe. En outre l’aide de notre conseiller est allée au-delà, et je dois dire que c’est humainement réconfortant ». De fait, souhaitant engager une politique de gestion responsable des déchets, Au Cœur du Bois désirait équiper l’atelier d’un système de compactage de copeaux et sciure : « Là encore, la CCI est intervenue, et nous avons pu bénéficier d’une subvention Pass Occitanie de 20 000 €, qui nous a permis d’acquérir un outil performant ». Le chef d’entreprise entend poursuivre sa démarche écoresponsable, notamment en ce qui concerne la maîtrise de l’énergie. C’est, avec la création d’un nouvel emploi, un des projets pour 2021.

Le conseiller CCI a été pour nous une personne qui n’ignore rien de notre métier, et sait tout du sien.

Cédric Peytouret, repreneur d’Au Cœur du Bois

À retenir :

  • 7 ans d’activité
  • 1,5 M€ de CA
  • 12 salariés, 1 compagnon en apprentissage
  • 133 000 € de subventions obtenues des fonds FEDER via les conseillers de la CCI Gard

Le confinement développe « les Papilles »

Florian Bessède est installé à Bruniquel dans le Tarn-et-Garonne, et a fait de l’accueil gourmand sa singularité. Dix ans déjà que ce jeune chef entreprenant, initialement spécialisé dans la pâtisserie, a créé son restaurant « Le Délice des Papilles » et l’a installé sur les cimes d’une notoriété enviable.

DR-Technologie : « Fabriqué en France », pensé en Ariège

Il y a trois dates clés dans la carrière de Phoebus Darnaud : la création de son entreprise, DR-Technologie en 2009, l’arrivée d’EDF dans son carnet de commandes en 2013, et le 3 juillet dernier, où il est invité à présenter ses produits à l’Élysée dans le cadre de l’exposition « Fabriqué en France ».