Skip to main navigation Skip to main navigation Aller au contenu principal Skip to breadcrumb Skip to footer

1er accélérateur des entreprises

Recherche

Cirad, l’Occitanie cherche pour le Sud

Élisabeth Claverie de Saint Martin est depuis mi-juin, la présidente-directrice générale du Cirad, l’organisme français de recherche agronomique et de coopération internationale pour le développement durable des régions tropicales et méditerranéennes, installé à Montpellier.
VE35-Elisabeth Claverie de St Martin
Partagez sur Facebook Partagez sur Twitter Partagez sur LinkedIn
Partagez par Email
Mardi 14 septembre 2021

C’est peu avant l’été qu’Élisabeth Claverie de Saint Martin a succédé à Michel Eddi à la tête du Cirad. Installé à Montpellier, l’organisme français de recherche agronomique et de coopération internationale pour le développement durable des régions tropicales et méditerranéennes est présent sur cinq continents et développe des projets avec environ 200 partenaires publics et privés. Avec eux, il co-construit « des connaissances et des solutions pour inventer des agricultures résilientes dans un monde plus durable et solidaire.» Avant d’être nommée en Conseil des ministres, Élisabeth Claverie de Saint Martin occupait le poste de directrice générale déléguée recherche et stratégie au sein du Cirad. Elle avait, auparavant, occupé des fonctions à Washington auprès de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international notamment.


Le Cirad, au cœur d’un écosystème performant

La nouvelle PDG dirige désormais une institution riche de quelque 1 650 salariés, dont 1 140 scientifiques. Si le Cirad est présent dans une cinquantaine de pays, il s’appuie en Occitanie sur l’écosystème rassemblé autour de l’Université de Montpellier. Cet environnement de pointe comprend notamment l’IRD, l’Inraé, eux aussi basés à Montpellier, des laboratoires de l’INSERM et du CNRS, ou encore Montpellier Sup’Agro. « Avec l’IRD, nos sujets de recherche sont très complémentaires. Nous travaillons déjà ensemble au sein d’unités mixtes de recherche, mais je souhaite plus de synergie encore avec nos réseaux de partenaires au Sud à l’international », détaille la nouvelle PDG du Cirad qui, en Côte d’Ivoire, mène notamment un projet autour d’un chocolat haut de gamme avec l’ETI perpignanaise Cémoi et son réseau de producteur de cacao.  « La seule recherche agricole que nous faisons, c’est une recherche pour l’agriculture durable au Sud (au sens international du terme, ndlr), pour des publics qui en ont beaucoup besoin et n’ont pas forcément les moyens de mener seuls les recherches qui vont leur permettre de développer les bonnes solutions pour leur territoire », justifie-t-elle. Dans le paysage de la recherche, notamment au plan régional, les liens vont donc se renforcer entre le Cirad et l’Inraé. Une feuille de route commune pour le bassin méditerranéen va être prochainement élaborée.

    IRD, Inraé, des laboratoires de l’INSERM et du CNRS ou encore Montpellier Sup’Agro… Nous évoluons dans un environnement de pointe. Avec l’IRD, nos sujets de recherche sont très complémentaires. Nous travaillons déjà ensemble au sein d’unités mixtes de recherche, mais je souhaite plus de synergie encore avec nos réseaux de partenaires au Sud à l’international.

    Élisabeth Claverie de Saint Martin, PDG du Cirad

    À retenir :

    • 1 650 salariés
    • 200 M€ de budget
    • 800 projets actifs
    • 200 institutions partenaires dont l’Université de Montpellier, l’IRD, l’Inraé…