Skip to main navigation Skip to main navigation Aller au contenu principal Skip to breadcrumb Skip to footer
1er accélérateur des entreprises

Conjoncture : activité ralentie, contraction de l’emploi

Fin juin 2023, l’Occitanie comptait 28 000 salariés de plus qu’un an auparavant, soit une augmentation de 1,3 %. Le taux de chômage reste, lui, stable à 8,5 % de la population active. En parallèle, l’augmentation de 60 % du nombre de défaillances en un an interpelle. Alors que faut-il retenir de la note de conjoncture régionale publiée à la rentrée par l’Insee Occitanie ? Éléments de réponse.
ZOOM SUR LA CONJONCTURE 2020 EN OCCITANIE
Partagez sur Facebook Partagez sur Twitter Partagez sur LinkedIn
Partagez par Email
Imprimez
Mardi 14 novembre 2023

L'Insee vient de rendre publique sa note de conjoncture régionale, arrêtée au 2e trimestre de cette année. Toutefois, par-devers ces chiffres, l’Insee pointe « un ralentissement de l’activité » et note que ce statu quo intervient « après plusieurs trimestres de nette hausse ». Les chiffres montrent qu’une nette inflexion s’est produite en début d’année : 1 200 emplois salariés « seulement » ont été créés au 2e trimestre, contre 11 800 au 1er trimestre. Considérant ce 2e trimestre, l’Insee relève que cette situation s’applique, avec des nuances territoriales : l’Ariège et le Tarn-et-Garonne enregistrent une légère progression des effectifs salariés (respectivement +0,5 % et +0,3 %), un ralentissement est signalé en Haute-Garonne (+0,3 % contre + 0,9 % au 1er trimestre) et dans les Hautes-Pyrénées (+0,4 % contre 0,7 %). L’Aveyron, le Tarn et la Lozère enregistrent un recul, tout comme le Gers, le plus concerné avec – 1 %.

 

Des disparités sectorielles significatives

Des disparités existent également au regard des secteurs d’activité. Ainsi, dans le secteur tertiaire marchand (hors intérim) « la hausse de l’emploi ralentit », indiquent les chiffres. De fait avec une création nette de 2 500 emplois au 2e trimestre, on reste en-deçà des 8 800 emplois créés au 1er. Pour l’Insee « ce secteur pâtit d’une baisse de l’activité immobilière ainsi que d’un coup d’arrêt des services à destination des ménages ». Les emplois gagnés le sont dans les services aux entreprises (+ 1 700) , les activités financières, l’hôtellerie et la restauration. « La hausse de l’emploi ralentit » également dans le secteur industriel avec un gain de 600 emplois au 2e trimestre, contre 2 000 au 1er. En revanche, dans la construction, le recul de l’emploi amorcé au 1er trimestre « s’accentue au 2e avec la perte de 800 emplois.

 

En Occitanie, sur un an, le recul est estimé à -0,4 % (contre -0,1 % au niveau national). L’intérim n’échappe pas à ce déficit avec une perte de 1 300 salariés (-2,3 % contre -0,5 % en France).

 

Ralentissement sur le front de l’emploi

Si l’emploi se contracte, c’est parce que l’activité économique (calculée en nombre d’heures rémunérées) ralentit, explique en substance l’Insee. Avec une progression de 2 % contre + 3,1 % au 1er trimestre, le tassement concerne tous les secteurs, à l’exception de l’industrie dont le nombre d’heures rémunérées augmente au même rythme qu’au trimestre précédent. Voire, c’est l’aéronautique dans son ensemble qui porte une bonne part de cette croissance avec une reprise du trafic aérien, d’une part, et d’autre part le lancement d’une nouvelle ligne d’assemblage chez Airbus.

Le tourisme non-résident (hors tourisme d’affaires) fournit également de bons indicateurs pour une progression durable. Toutefois, les indices sont plus alarmants en ce qui concerne la construction de logements (en recul de 18,3 % sur un an en Occitanie, contre 20,1 % en France) et les autorisations de mise en chantier diminuent au point d’atteindre « un niveau historiquement faible ».

 

Par ailleurs, les chiffres indiquent qu’en Occitanie, 4 500 entreprises se sont révélées défaillantes sur un an, soit une progression de 60 % (+ 47 % en France). Même si 24 200 entreprises ont été créées (massivement sous le statut d’autoentrepreneur) les créations d’entreprises « classiques » sont en recul (-7,5 % sur un an en Occitanie).

L’activité, mesurée par le volume de travail rémunéré, ralentit à nouveau au deuxième trimestre. Ce ralentissement se poursuit en juillet où l’activité augmente seulement de 1,5 % par rapport à juillet 2022. L’industrie aéronautique reste dynamique mais le contexte inflationniste pénalise les secteurs liés à la consommation des ménages.

Insee Occitanie, Note de conjoncture régionale - 2e trimestre 2023

À retenir :

  • 28 000 emplois salariés créés en 2022-2023 (de juin à juin) en Occitanie
  • 1 200 emplois créés au 2e trimestre 2023 contre 11 800 au 1er
  • 8,5 % : taux de chômage stable
  • 4 500 défaillances d’entreprises sur un an (en augmentation de 60 %)
  • Bonnes perspectives d’avenir pour l’industrie et les services aux entreprises
  • Recul « historique » pour la construction
  • Défaillances d’entreprises en hausse

A lire également

Le tourisme culturel, toujours en convalescence de la crise sanitaire

Parmi les 10 monuments nationaux les plus fréquentés en France métropolitaine, deux sont en Occitanie (la Cité de Carcassonne et les Tours et remparts d’Aigues-Mortes) et intègrent le « top 10 » national. En outre, avec 4 909 monuments historiques inscrits ou classés, notre région concentre près de 11 % des sites de France métropolitaine et occupe la 2e place nationale à cet égard.

Encours de dépôts bancaires, l’Occitanie sur le podium

Fin juillet 2023, le montant des encours des dépôts bancaires était de 2 818 Md€ en France métropolitaine. Hors Île-de-France (qui concentre 35,4 % de ce montant), l’Occitanie occupe la troisième place des régions avec 195 Md€ d’encours de dépôts à la même date, correspondant à 6,9 % du volume national. Les encours de crédits bancaires s’élèvent quant à eux à 191,9 Md€.

Occitanie, plus de riches en ville qu’à la campagne

Avec 26 163 € annuels en 2021, le revenu moyen par foyer fiscal en Occitanie était inférieur de 11,5 % à la moyenne relevée en France métropolitaine, et de 5,6 % au regard de ce qu’il convient d’appeler « la France de province » (hors Ile-de-France). De fait, à cette date, en termes de revenu moyen, l’Occitanie est à la 12e place dans la hiérarchie des régions.