Skip to main navigation Skip to main navigation Aller au contenu principal Skip to breadcrumb Skip to footer
1er accélérateur des entreprises

Conjoncture commerce : marges, rentabilité et moral en berne

Sévèrement impacté en 2020 et 2021, le secteur du commerce a subi en 2022 les effets conjugués de la crise énergétique et de l’inflation : demande en recul, marges réduites, rentabilité en berne : le pouls des opérateurs du secteur est enclin à l’inquiétude quant à l’avenir.
VD77-commerce proximité-vignette.jpg
Partagez sur Facebook Partagez sur Twitter Partagez sur LinkedIn
Partagez par Email
Imprimez
Mardi 18 avril 2023

Pour établir, en janvier 2023, la note de conjoncture via le réseau des CCI, l’Observatoire économique des CCI d’Occitanie (OBSéco) a consulté 1 418 entreprises du secteur du commerce (dont 1 199 de moins de 10 salariés).

 

D’emblée, les analystes posent ce premier constat : le secteur du commerce est celui qui présente la tendance la plus défavorable sur un an, avec un solde d’opinion en recul de 26 points par rapport à 2021 au regard de l’évolution de la demande. Sur un secteur jugé « à la concurrence accrue », une situation perçue de façon défavorable par 38 % des personnes consultées, la rentabilité des entreprises a été fortement éprouvée.

 

Si 18 % des commerçants ayant répondu disent avoir enregistré une évolution positive sur un an, ils sont en revanche 45 % à considérer avoir subi une évolution négative. Le solde d’opinion par rapport à 2021 est en recul de 29 %.

 

Les analystes de l’OBSéco relèvent qu’en termes de rentabilité, le secteur du commerce présente la situation la plus dégradée de tous les secteurs économiques évalués (construction, industrie, services…) et soulignent que 32 % des sondés parlent d’une dégradation de leur rentabilité égale ou supérieure à 20 %.

 

Un pessimisme qui domine

En outre, ils sont 57 % à signaler une érosion de leurs marges (24 % font valoir une évolution), et les auteurs de l’enquête signalent à cet égard que le solde d’opinions en tendance défavorable est de – 33 % sur un an.

 

Même si 56 % des commerçants consultés estiment être dans une situation financière saine, les chefs d’entreprise ayant répondu entretiennent à 45 % une vision pessimiste de l’avenir (20 % restent optimistes).

 

Par comparaison à l’année précédente, les auteurs de la note de conjoncture signalent « une tendance nettement orientée à la baisse », avec un solde d’opinion de -29 % qui témoigne d’une confiance en berne quant à l’avenir de leur secteur d’activité.

    À retenir :

    • 45 % des commerçants signalent une perte de rentabilité
    • 57 % déplorent une érosion de leurs marges
    • 56 % estiment leur situation financière « saine »
    • 45 % ont une vision pessimiste quant à l’évolution du secteur

    A lire également

    Industrie, la conjoncture usine le doute

    En Occitanie, fin 2022, les opérateurs du secteur industriel se disent affectés par la hausse générale des coûts de production qui obère la rentabilité. Les chefs d’entreprise s’interrogent et leur confiance quant à l’avenir du secteur tend à s’émousser.

    Construction : sur une marge d’optimisme

    En dépit d’une évolution de la demande jugée « satisfaisante » par 65 % d’entre eux, les chefs d’entreprise du secteur de la construction s’interrogent sur l’avenir de leur activité. Forte concurrence, marges contraintes, rentabilité en recul…Sur fond de crise et d’inflation, les signaux négatifs se sont accumulés en 2022, mais l’optimisme tient lieu de cap.

    Renégociation de contrat : « La CCI a sauvé mon pressing »

    Depuis 2004, à Pont Saint-Esprit dans le Gard, Laure Alauzen préside aux destinées d’un pressing de quartier. En gestionnaire avisée, elle constate il y a quatre ans qu’elle pourrait alléger son budget électricité en souscrivant un contrat auprès d’un fournisseur d’énergie privé, et résilie donc son contrat EDF.