Skip to main navigation Skip to main navigation Aller au contenu principal Skip to breadcrumb Skip to footer

1er accélérateur des entreprises

Recherche

FROMAGERIE DU COL DEL FACH, MODERNISER L’OUTIL, PAS LE PRODUIT

Il avait une grande envie d’air et d’un projet bien à lui. Christophe Godel a quitté la région parisienne et la subtile ingénierie du roulement à billes pour reprendre une fromagerie en Ariège. C’est ainsi qu’en 2019, suite à un départ en retraite, il s’initie au mystère de la fermentation lactique en prenant les commandes de la « fromagerie du Col del Fach », qui n’a rien d’une activité pour ex-citadin reconverti aux produits "nature".
FROMAGERIE DU COL DEL FACH, MODERNISER L’OUTIL, PAS LE PRODUIT
Partagez sur Facebook Partagez sur Twitter Partagez sur LinkedIn
Partagez par Email
Vendredi 5 février 2021

Les productions de cette fromagerie installée entre Pamiers et Foix ont le label discret et informel décerné par le bouche-à-oreille qui court les endroits gastronomiques. Affineurs, grandes tables, et crèmeries des beaux quartiers revendiquent ses productions. C’est le fromage de chèvre qui a assis la réputation du travail accompli par les précédents propriétaires qui, peu à peu, ont consenti à adjoindre brebis et vache à leur carte. En homme avisé, Christophe Godel entend bien ne pas porter atteinte à ce capital que constitue la notoriété. Le troupeau de 300 chèvres laitières associé à la ferme est toujours là, à domicile, en somme. Il perpétue la collecte de lait de brebis et de vache, sélectionné par ses prédécesseurs et transforme tous les ans 450 000 litres de lait. Pour autant, le nouveau chef d’entreprise ne souhaite pas faire de ces acquis une routine, qui pèse tout de même 1 M€ de CA. Tout en veillant à maintenir la qualité qui garantit la pérennité de cette fromagerie, Christophe Godel entend apporter quelques aménagements. « Je souhaiterais à la fois moderniser et accroître le potentiel de production. Car il est possible d’automatiser une partie de la fabrication tout en gardant la qualité artisanale qui fait la différence. » En dépit de la crise sanitaire, la Fromagerie du Col del Fach a embauché une personne cette année et prévoit un nouvel emploi qui porterait à neuf le nombre de collaborateurs. Pour ces projets, Christophe Godel s’est rapproché de la CCI Ariège. « J’ai engagé mon projet de reprise suite à la rencontre d’un conseiller de la CCI Occitanie au cours du salon Paris Transfert. Pour moi, la CCI est naturellement devenue un interlocuteur, un quasi-partenaire ». Les modernisations envisagées sur l’exploitation dépassent le demi-million d’euros. « La CCI m’a indiqué des voies de financement que j’ignorais. Notamment, mon conseiller m’a aidé à monter un dossier précieux, puisque la fromagerie est éligible à une subvention, le Pass Rebond Agroviti, qui me permet d’assurer près de 40 % de l’investissement », assure-t-il avant d’ajouter : « Au-delà d’un apport en terme technique ou financier, le lien avec la CCI est une marque de crédibilité auprès du tissu local. Cela aide à lever d’éventuelles barrières, notamment avec les banques. »

Je ne vois pas la CCI comme un complément de gestion au coup par coup. J’entretiens des relations partenariales durables et ils me le rendent bien. 

Christophe Godel, repreneur de la Fromagerie du Col del Fach

 

À retenir :

  • 2019, reprise d’une fromagerie après rencontre de la CCI Occitanie
  • 1 M€ de CA, avec 8 salariés et bientôt 9
  • 300 chèvres et transformation de 450 000 litres de lait