Skip to main navigation Skip to main navigation Aller au contenu principal Skip to breadcrumb Skip to footer
1er accélérateur des entreprises

Industrie, la conjoncture usine le doute

En Occitanie, fin 2022, les opérateurs du secteur industriel se disent affectés par la hausse générale des coûts de production qui obère la rentabilité. Les chefs d’entreprise s’interrogent et leur confiance quant à l’avenir du secteur tend à s’émousser.
CP-plandesoutienfilièreaérnautique
Partagez sur Facebook Partagez sur Twitter Partagez sur LinkedIn
Partagez par Email
Imprimez
Mardi 18 avril 2023

L’Observatoire économique (OBSéco) des CCI d’Occitanie, qui recense et analyse les données recueillies auprès du réseau des CCI, vient de rendre publique sa traditionnelle note de conjoncture. Comme d’habitude, celle-ci propose différents focus sur les principales filières, dont l’industrie.

Établie en janvier 2023 au terme d’une consultation auprès de 678 entreprises (dont 475 ont moins de 10 salariés), cette enquête donne un aperçu intéressant de l’activité et du moral des acteurs de l’industrie d’Occitanie.

Même si, selon l’OBSéco « le secteur fait preuve de résistance », les indicateurs relatifs à l’industrie régionale sont mitigés. Il en va ainsi pour la demande, dont l’évolution en 2022 a été jugée « favorable » par 57 % des industriels. Cependant, 28 % ont fait valoir un sentiment « défavorable ».

De fait, si le solde d’opinion est positif (29 %), il recule de 18 points au regard de l’année précédente.

 

Le cas particulier de la filière aerospace

« En Occitanie, les carnets de commandes des industriels demeurent jugés favorables dans l’ensemble, et même particulièrement bons pour l’aéronautique et le spatial. Après deux années de ralentissement dû à la crise sanitaire, la filière connaît un fort rebond avec un impact majeur sur l’emploi : d'ici douze à dix-huit mois, ce sont près de 6 000 personnes qui devront être recrutées. 3 000 de ces postes sont d’ailleurs déjà à pourvoir.

Pour autant, nos entreprises industrielles sont inquiètes et c’est d’autant plus vrai pour les TPE et les PME. En plus du contexte actuel marqué par une incertitude croissante et des tensions économiques, sociales et géopolitiques majeures, ces dernières pâtissent d’un déficit structurel de compétitivité, gravement accru par une crise énergétique asymétrique, mais aussi par la politique agressive de la Chine et des États-Unis pour attirer les projets industriels » détaille Bruno Bergoend, Président de l’UIMM Occitanie, Chef de file de France Industrie Occitanie.

 

Hausse des coûts de production

La hausse des coûts de production (26 % des sondés estiment ce recul supérieur à 20 %) induit d’une part une dégradation de la rentabilité pour 40 % des entreprises ayant répondu. D’autre part, 55 % des chefs d’entreprises consultés notent une évolution défavorable de leurs marges sur lesquelles ils disent « rogner » pour limiter l’incidence de ces hausses sur les prix demandés à leurs clients.

 

Sur un an, le solde d’opinion perd 30 %. Par ailleurs, les industriels estiment à 65 % que la situation financière de leur entreprise est « saine », mais 35 % jugent leur équilibre « fragilisé ». Ainsi, début 2023, le solde d’opinion reste positif (29 %), mais en recul de 20 % au regard au début de l’année 2022. Reste que 41 % des personnes ayant répondu estiment que leur trésorerie reste à un niveau « satisfaisant », mais sur les deux derniers trimestres de 2022, la situation globale s’est tendue et le solde d’opinion recule de 8 %.

 

L’OBSéco relève que les carnets de commandes sont moins remplis, bien que 33 % des entreprises ayant répondu les jugent à un niveau « satisfaisant » et même si, au dernier trimestre 2022, la tendance était orientée à la baisse et ouvrait des perspectives « défavorables » pour le début de l’année 2023. 

 

Au final, la confiance des opérateurs du secteur s’émousse. 33 % d’entre eux portent un regard favorable sur l’avenir, et ils sont 29 % à entretenir une vision pessimiste. Sur un an, la confiance s’est donc hélas érodée de 32 %.

    Après deux années de ralentissement dû à la crise sanitaire, la filière connaît un fort rebond en Occitanie avec un impact majeur sur l’emploi : d'ici douze à dix-huit mois, ce sont près de 6 000 personnes qui devront être recrutées. 3 000 de ces postes sont d’ailleurs déjà à pourvoir. 

    Bruno Bergoend, Président de l’UIMM Occitanie, Chef de file de France Industrie Occitanie

    À retenir :

    • 678 chefs d’entreprises interrogés (dont 475 ont moins de 10 salariés)
    • CA, rentabilité, trésorerie : indicateurs globalement dégradés dans l’industrie
    • 57 % des industriels jugent l’évolution en 2022 « favorable »
    • 33 % des industriels gardent confiance en l’avenir
    • 65 % jugent leur situation financière « saine »

    Retrouver la synthèse des résultats de l’enquête de conjoncture économique OBSéco en cliquant ICI

      A lire également

      ZOOM SUR LA FILIÈRE AÉRONAUTIQUE

      L’aéronautique, moteur de l’économie d’Occitanie   N° 1 : l’Occitanie est la plus grande région aéronautique d’Europe (ex aequo avec l’Île de France). 60,4 Mds€ : le chiffre d’affaires réalisé par l'industrie aéronautique d’Occitanie en 2016.   Dans une région qui cherche à diversifier son activité, l'aéronautique reste le principal moteur de l'économie et un vecteur d'emplois important.

      PIB : la région Occitanie 4e richesse de France

      Avec un PIB estimé à un peu plus de 173,5 Md€ mesuré en « valeur » (c’est-à-dire en euros courants aux prix de 2018), la région Occitanie représente 7,4 % de la richesse nationale (Métropole + Dom) ou 7,5 % pour la France métropolitaine et se hisse au quatrième rang des régions pour la richesse créée.

      Valeur ajoutée en Occitanie : une progression soutenue

      La valeur ajoutée représentant le supplément de valeur qu’une entreprise apporte aux biens qu’elle transforme, le volume global produit en France en 2021 a été estimé à 2 172,3 Md€ pour la France métropolitaine. Avec 161,6 Md€, soit 7,4 % du montant national, l’Occitanie se hisse au 4e rang des régions métropolitaines.