Skip to main navigation Skip to main navigation Aller au contenu principal Skip to breadcrumb Skip to footer

1er accélérateur des entreprises

Recherche

LA MÉCANIQUE, UNE ENTREPRISE QUI A DE LA REPRISE

Au départ, il y avait d’un côté l’injection plastique, un peu plus loin le travail des métaux en feuille et, pour finir, la menuiserie aluminium. Jean-François Deprat est un homme pragmatique qui, en 2017, a repris trois unités d’une mini-holding, pour n’en faire qu’une entreprise, La Mécanique, qu’il maintient sur ses deux sites historiques, l’un près d’Albi, l’autre à Toulouse.
LA MÉCANIQUE, UNE ENTREPRISE QUI A DE LA REPRISE
Partagez sur Facebook Partagez sur Twitter Partagez sur LinkedIn
Partagez par Email
Vendredi 5 février 2021

L’entreprise travaille essentiellement pour le BTP, aux marges de la construction proprement dite, et façonne des pièces sur mesure pour des éléments de structure : roulettes pour volets, balustres pour terrasses et autres compléments de bâti qui s’adaptent au design architectural. En parallèle, des réalisations à façon pour l’aéronautique ou l’automobile complètent le carnet de commandes.

Toutefois, la reprise de cette entreprise a été pour lui le début d’un combat singulier dont il ignorait certaines règles. Le problème n’était pas technique mais d’image avec un passif en la matière, dont il n’avait pas pris la mesure, auprès de certains clients. « Il a fallu remonter la pente de la notoriété et en l’espèce, une réputation est plus facile à perdre qu’à regagner », dit-il sans se plaindre. Sa détermination et sa rigueur lui ont permis d’aller de l’avant : « nous avions les outils et le savoir-faire, mais il fallait retrouver l’esprit du travail ». En deux ans, il a su réinstaller la confiance, et redévelopper l’activité grâce à quelques belles conquêtes en termes de marchés permettant l’embauche une dizaine de collaborateurs supplémentaires. La Mécanique compte aujourd’hui 30 salariés et a réalisé un CA de 2 M€ en 2019, en légère flexion en 2020, Covid oblige. Jean-François Deprat le dit sans ambages : « La CCI, les CCI devrais-je dire, m’ont soutenu dans la relance de cette entreprise ». De fait la CCI Haute-Garonne et la CCI Tarn ont accompagné la reprise puis le retour vers la croissance. « Je me suis naturellement tourné vers elles parce qu’il faut connaître ses limites et savoir où sont les compétences qui vous font défaut », précise-t-il. « Les interventions des CCI m’ont permis d’accéder à des aides et des soutiens notamment financiers, dont j’ignorais jusqu’à l’existence. En outre, pour y souscrire, je reconnais que j’aurais eu du mal à construire le dossier ».

Au-delà de la compétence, les conseillers CCI amènent de l’humanité dans les rapports dont le chef d’entreprise a besoin pour affronter des domaines qui lui sont inconnus. 

Jean-François Deprat, repreneur et président de La Mécanique

 

À retenir :

  • 2017, reprise de l’entreprise
  • 10 embauches en 2018 et 2019
  • 2 M€ de CA en 2019