Skip to main navigation Skip to main navigation Aller au contenu principal Skip to breadcrumb Skip to footer
1er accélérateur des entreprises

LE CLOS CATHALA, AVEC UNE PINCÉE DE CCI ARIÈGE

Voilà plus de vingt-cinq ans que Géraldine Portoles cuisine avec les convictions et l’imagination qui ont fait de sa table une adresse réputée. Naguère installée à Mirepoix, elle souhaitait porter ses créations et son goût pour l’accueil dans un endroit « plus nature ». Elle l’a trouvé à Saint-Paul de Jarrat une maison de maître, le Clos Cathala, où en plus de sa cuisine, elle propose désormais des chambres d’hôtes.
LE CLOS CATHALA, AVEC UNE PINCÉE DE CCI ARIÈGE
Partagez sur Facebook Partagez sur Twitter Partagez sur LinkedIn
Partagez par Email
Imprimez
Lundi 4 janvier 2021

Géraldine Portoles cherchait un lieu qui mette en phase une façon de vivre et l’évolution de sa cuisine parce que les deux vont de pair. Le Clos Cathala, lui a permis de se sentir au plus juste de ses aspirations : « Je suis une Ariégeoise pro-Ariège », plaisante-t-elle pour expliquer son désir de faire partager « une cuisine créative et cohérente, faite à base de produits locaux de saison, et la possibilité de s’arrêter pour une nuit ou plus dans un environnement protégé ». Au début de l’année 2020, elle a un coup de foudre pour ce qui fut une maison familiale, mais qui nécessitait toutefois 250 000 € d’investissement supplémentaire pour en faire un restaurant d’une part, et des chambres d’hôtes ensuite. « J’ai toujours été assidue auprès de la CCI, comme elle l’a été auprès de moi. Il y a vingt ans, le tourisme n’était qu’un mot. Les CCI ont mis leur énergie au service des acteurs locaux, j’ai trouvé naturel en tant que professionnel de mettre la mienne au service de ces efforts qui doivent être communs. » De fait, elle participe régulièrement à des actions de promotion organisées par la CCI Ariège. Quand il s’est agi de structurer le financement de son nouveau projet, Géraldine Portoles a tout naturellement demandé conseil. « La personne qui vous accompagne peut se distancier plus aisément que ne le fait le porteur du projet, c’est apaisant. En outre, les CCI ont l’information juste en ce sens qu’ils savent non seulement ce qui est opérant, mais ils sont informés quasiment en temps réel des nouvelles dispositions ». Ainsi, le Clos Cathala a-t-il pu bénéficier d’un « Contrat de développement et d’innovation touristique », alloué par la Région et le Conseil Départemental, d’un peu plus de 40 000 €, qui a permis à cette Ariégeoise revendiquée de mener à bien son projet : « Sans eux, je serais encore en train d’essayer de remplir le dossier », s’amuse-t-elle. Le Clos Cathala a ouvert en juillet 2020. Confinement oblige, elle juge qu’il est encore trop tôt pour tirer des conclusions, mais se réjouit toutefois d’avoir bouclé la saison estivale « avec un bilan très prometteur pour la suite ».

J’ai toujours été assidue auprès de la CCI, comme elle l’a été auprès de moi. Il y a vingt ans, le tourisme n’était qu’un mot. Les CCI ont mis leur énergie au service des acteurs locaux, j’ai trouvé naturel en tant que professionnel de mettre la mienne au service de ces efforts qui doivent être communs

- Géraldine Portolès, directrice-créatrice du Clos Cathala

Le Clos Cathala

 

À retenir :

  • Reprise début 2020 et ouverture en juillet
  • 250 000 € d’investissement pour un établissement modernisé
  • 40 000 € de soutien au titre d’un « Contrat de Développement et d’innovation touristique »