Skip to main navigation Skip to main navigation Aller au contenu principal Skip to breadcrumb Skip to footer

1er accélérateur des entreprises

Recherche

Moulin de Colagne : des farines très prisées

Son moulin va très vite, et Jean-Pierre Constans est un meunier qui ne dort pas. Au contraire, repreneur inspiré de l’entreprise familiale, il a fait de la traditionnelle et conventionnelle « Minoterie de Colagne » située à Bourgs sur Colagne, en Lozère, une meunerie moderne et prisée -parce que respectueuse, avant l’heure, d’un savoir-faire retrouvé- en s’appuyant sur la CCI Lozère.
VE43-Le Moulin de Colagne-site
Partagez sur Facebook Partagez sur Twitter Partagez sur LinkedIn
Partagez par Email
Lundi 10 janvier 2022

« Mon père avait fait du moulin une entreprise évoluant vers le concassage de végétaux pour l’alimentation animale », dit-il. En 1989, Jean-Pierre Constans reprend l’affaire et, surtout, l’outil : des meules en silex, reléguées par la meunerie industrielle, mais constituant un réel intérêt pour accompagner le regain des cultivateurs de blés oubliés, essentiellement bios. « La meule en silex respecte le grain, et la mouture finale donne des farines plus équilibrées, plus riches ».

Pionnier ? Sans doute. Cette plus-value nutritionnelle intéresse une génération montante de nouveaux boulangers, et de consommateurs au sens large. À force d’exigence et d’application, la « Minoterie de Colagne » assoit sa réputation d’entreprise respectueuse du grain, et les farines restituées trouvent leur place sur le marché du bio, et des blés « retrouvés », tels le seigle, l’épeautre, le petit épeautre…

 

Une affaire qui tourne

« Au début, nous étions 10 salariés. La montée en puissance a été progressive, puis très nette depuis environ sept ans », souligne Jean-Pierre Constans qui doit s’équiper. « En 2016, j’ai sollicité la CCI Lozère pour obtenir une aide Feder, qui m’a permis d’acquérir de nouvelles machines et agrandir l’espace de stockage. Cela a été un bon choix. J’ai récidivé en 2021. Nous sommes maintenant 17 à travailler et la demande est telle qu’il faut s’équiper encore. Je voudrais mettre trois nouvelles meules en service et agrandir encore les espaces de stockage », explique-t-il. Pour 8 000 t de céréales moulues (soit 6 200 t de farine), le Moulin de Colagne réalise environ 7,7 M€ de CA. L’investissement prévu est d’un peu plus de 4,50 M€ : « Je n’ai pas hésité à m’adresser à la CCI une nouvelle fois. Et encore une fois, je ne le regrette pas : monter de tels dossiers, ce n’est pas dans ma culture, ni dans ma compétence ». Sa conseillère a proposé l’éligibilité du Moulin de Colagne à une subvention Agro Viti avec la Région Occitanie, et une autre au titre d’Oc Bio, pour des subventions respectives de 650 000 et 700 000 € : « le dossier est à l’instruction. Je fais entièrement confiance à la CCI. Quel que soit le résultat, ils auront droit à toute ma reconnaissance : tout a été fait et de la meilleure des façons, par des gens compétents qui croient en ce qu’ils font ».

 

Le Moulin de Colagne

    On noue avec les conseillers CCI une relation humaine. Je les considère comme des partenaires. En bout de course, quel que soit le résultat obtenu, je sais qu’ils ont donné le meilleur. 

    Jean-Pierre Constans, repreneur et actuel PDG du Moulin de Colagne

    À retenir :

    • 1989, reprise du moulin familial avec 10 salariés, 17 aujourd’hui
    • 7,7 M€ de CA pour une production de 6 200 t de farines
    • 4,50 M€ : investissement prévu pour répondre à la demande