Skip to main navigation Skip to main navigation Aller au contenu principal Skip to breadcrumb Skip to footer
1er accélérateur des entreprises

Numérique, l'Occitanie (se) développe

On recense en Occitanie 18 500 entreprises du numérique, qui emploient 97 600 personnes et réalisent un CA supérieur à 8 Md€ (chiffres de 2021), ce qui en fait la 2ème région française (hors Ile de France) en termes d’emplois. Lancé en janvier, le GEN_SCAN se définit comme un « observatoire des besoins en compétence et de l’offre de formation » : il diffuse mensuellement des tableaux de bord régionaux qui permettent d’affiner offre et demande d’emploi et de formation.
2020 EN OCCITANIE  DES EMPLOIS PERDUS, CERTAINS RETROUVÉS
Partagez sur Facebook Partagez sur Twitter Partagez sur LinkedIn
Partagez par Email
Imprimez
Jeudi 22 juin 2023

Depuis 2015, le secteur numérique peut s’appuyer sur la « Grande École Numérique » (GEN), un groupement d’intérêt public qui a pour but, d’une part de « former des talents et en favoriser l’inclusion » et d’autre part, de « répondre aux besoins des recruteurs en compétences numériques ». Le site du GEN rend public tous les mois un « tableau de bord » régionalisé qui rend compte des attentes des professionnels du secteur et permet d’orienter les demandeurs d’emploi vers des formations susceptibles de les aider à répondre aux attentes du secteur.
Ainsi, pour notre région, le GEN_SCAN a recensé au 1er mai 2023, 1 401 formations ouvertes, soit 10 % de l’offre nationale, ce qui fait de l’Occitanie, la 2e région en France qui forme le plus aux métiers du numérique. En outre, avec 7 461 d’emplois disponibles, correspondant à autant d’offres d’emploi publiées, l’Occitanie est la 3e région française en ce qui concerne les postes ouverts, susceptibles d’être pourvus.

 

Sécurité réseaux, clouds et télécoms

Dans le détail des attentes des employeurs, ce sont les opérateurs œuvrant dans le domaine de la « sécurité réseaux, clouds et télécoms », qui recrutent le plus avec 2 178 offres d’emploi proposées au 1er avril ; toutefois, cette catégorie inclut plusieurs métiers.
De façon plus précise et ciblée, ce sont les « développeurs », qui intéressent le plus en ce moment les entreprises d’Occitanie, qui proposent 1 819 postes. À cet égard, les attentes vont vers des profils « experts » (bac+3 avec expérience). En revanche, la demande des employeurs est assez faible en ce qui concerne la « famille », interface-graphisme (148 offres). Dans son « tableau de bord » actualisé au 1er mai 2023, le GEN_SCAN relève que le secteur a fortement embauché au cours du dernier trimestre 2022, année au cours de laquelle 7 287 emplois ont été créés. Par ailleurs, les rédacteurs du document relèvent que 62 % des recrutements numériques sont jugés « difficiles » par les employeurs.

 

Pour accéder aux publications du GEN_SCAN : Observatoires régionaux GEN_SCAN | La Grande Ecole du Numérique (grandeecolenumerique.fr)
 

    À retenir 

    • 18 500 entreprises du numérique en Occitanie, 97 600 emplois
    • 7 461 emplois disponibles (dont 1 819 « développeurs »)
    • 1 401 formations ouvertes
       

    A lire également

    Réforme des aides à l'embauche d'alternants

    Un décret réforme l'aide unique à l'apprentissage et l'aide exceptionnelle au recrutement d'alternants.

    Demandes de brevets, inventive Occitanie…

    Sur l’ensemble du pays (DOM compris), 12 952 demandes de brevets ont été publiées en France en 2021, dont 972 en Occitanie. Si, avec 42.6 % des demandes, l’Île-de-France fait logiquement la course en tête au vu de la concentration de matière grise et de ressources de son territoire, l’Occitanie est seconde au classement des régions de province avec 13,1 % des dépôts de brevets derrière AURA avec 18,6 %.

    Emploi en Occitanie : de belles perspectives pour 2023

    Les entreprises d’Occitanie envoient un bon signal pour l’emploi : elles déclarent 279 940 intentions d’embauches pour 2023. Ce chiffre est à mettre en regard avec l’année précédente : 2022 avait déjà été marquée par une reprise sensible de l’offre de travail. Seul bémol : 58 % des chefs d’entreprise estiment que les recrutements seront « difficiles » à réaliser.