Skip to main navigation Skip to main navigation Aller au contenu principal Skip to breadcrumb Skip to footer
1er accélérateur des entreprises

Recherche

Occitanie, le « petit commerce » dans une grande dynamique

En 2017, l’Occitanie comptait 124 commerces alimentaires spécialisés (boulangeries, pâtisseries, boucheries, charcuteries, primeurs, poissonneries) pour 100 000 habitants contre 102 en moyenne en France métropolitaine. Derrière la Corse et PACA, l’Occitanie est la troisième région en France. Selon l’Insee*, cette densité est « liée au profil touristique et rural de la région ».
VD77-commerce proximité-vignette.jpg
Partagez sur Facebook Partagez sur Twitter Partagez sur LinkedIn
Partagez par Email
Imprimez
Mardi 27 septembre 2022

En Occitanie, un quart des points de vente relève du commerce alimentaire spécialisé (contre 19 % sur l’ensemble du pays). En 2017, l’Occitanie comptait 7 272 commerces alimentaires spécialisés soit 24 % de l’ensemble des points de vente. Ces commerces sont présents dans 3 communes sur 10, soit 1 364 communes. Ils emploient 22 600 équivalents temps plein et génèrent un chiffre d’affaires de près de 2,5 milliards d’euros (soit 16 % de l’emploi et 8 % du chiffre d’affaires de l’ensemble des points de vente de la région. Ces points de vente sont principalement des boulangeries-pâtisseries ou autres commerces de pain (49 %) ou des boucheries-charcuteries (22 %). Ce sont également des commerces de boissons** (8 %) ou de fruits et légumes (8 %). Enfin des poissonneries, qui représentent 3 % des commerces alimentaires spécialisés, soit 1 point de plus qu’en France métropolitaine. Le CA moyen par commerce s’établit à 337 000 € (moyenne nationale : 402 000 €).Les ventes dans les commerces alimentaires spécialisés sont cependant trois fois plus faibles que celles réalisées par les grandes surfaces (hypermarchés, supermarchés et magasins multi-commerces). Elles sont toutefois supérieures à celles réalisées dans les petites surfaces d’alimentation générale (supérettes, épiceries et magasins de surgelés). Au rang des spécialités les mieux représentées par le petit commerce, on trouve la vente de boissons via les caves, où la région arrive en seconde position derrière la Bourgogne-Franche Comté, autre région viticole, ex aequo avec PACA. Deuxième rang encore derrière la Bretagne, pour les poissonneries (4 pour 100 000 habitants). L’Occitanie gagne ce podium, en partie grâce à son caractère rural. L’Insee note en effet que dans les villes importantes comme Toulouse, Montpellier, Nîmes… les commerces spécialisés sont concurrencés par les grandes surfaces et, de fait, leur densité diminue. Ce sont les zones situées en dehors des aires d’attraction des villes qui sont le mieux dotées en commerces alimentaires spécialisés.

     

     

    *L’Insee a rendu publique fin août 2022 cette analyse qui repose sur des chiffres et données recueillis en 2017, auprès des répertoires Sirus et Sirene, et des services fiscaux.

    **Hors débits de boisson

    À retenir :

    • 7 272 commerces alimentaires spécialisés (boulangeries, boucheries, primeurs…) en Occitanie (en 2017), 3e région de France en termes de densité de commerces spécialisés
    • 2,5 Md€ de CA (CA moyen par commerce : 337 000 €)
    • 22 600 salariés y travaillent

    Une conjoncture en demi-teinte pour le second trimestre 2022

    L’Observatoire économique (OBSéco) d’Occitanie vient de rendre public son « baromètre de conjoncture » pour le second trimestre 2022. Celui-ci fait état d’un contexte fortement marqué par la guerre en Ukraine, l’augmentation du coût des matières premières et l’inflation en général. Toutefois, et paradoxalement en apparence, la confiance des chefs d’entreprise reste orientée vers l’optimisme.

    Tourisme culturel, l’autre atout de l’Occitanie

    Le tourisme inhérent aux activités culturelles se porte bien en Occitanie. Musées, monuments, « maisons d’illustres », jardins… constituent incontestablement des pôles d’attraction et permettent à notre région de se hisser sur plusieurs podiums. À cet égard, le Ministère de la culture vient de publier des statistiques, recueillies et analysées par l’Observatoire économique (OBSéco) d’Occitanie.