Skip to main navigation Skip to main navigation Aller au contenu principal Skip to breadcrumb Skip to footer
1er accélérateur des entreprises

Occitanie : une région bien équipée en services de proximité

Avec 243 659 points d’accès aux services en 2020, l’Occitanie figure au quatrième rang des régions de France métropolitaine les mieux équipées, avec 10,6 % des points d’accès du territoire (pour 9,1 % de la population). Si l’on considère le nombre de points d’accès pour 100 000 habitants, l’Occitanie occupe la troisième place dans la hiérarchie régionale avec 4 140 points d’accès pour 100 000 habitants. Ces chiffres ont été collectés et analysés par l’Insee qui, sous la nomenclature « services » regroupe les équipements (publics et privés) qui constituent l’attractivité d’un territoire. La gamme dite « de proximité » inclut les services tels que boulangeries, artisans, Postes, supérettes… La gamme « intermédiaire », intègre services d’ambulances, gendarmeries, laboratoires d’analyses, mais aussi les magasins d’articles de sport. Enfin, la gamme « supérieure » prend en considération les services médicaux d’urgence, les médecins spécialistes, mais aussi les hypermarchés et les agences de travail temporaire.
VD69-svceproximité-vignette
Partagez sur Facebook Partagez sur Twitter Partagez sur LinkedIn
Partagez par Email
Imprimez
Lundi 24 janvier 2022

Un développement supérieur à la moyenne nationale

Toutes gammes confondues, le nombre de points d’accès aux services a progressé de 14,6 % en Occitanie entre 2015 et 2020 (+13,4 % en France). « Le développement des services et l’accès à ces derniers par la population constituent un enjeu majeur de qualité de vie et la préservation de l’attractivité des territoires », note l’Insee qui établit un lien interactif entre le dynamisme démographique et le développement des services. Notre région affiche un des plus forts taux de croissance démographique (+3,5 % entre 2013 et 2018, soit 0,5 % par an, contre + 0,3 % en France) qui en fait la seconde région de France métropolitaine à cet égard. Ce mouvement devrait se poursuivre et amener la population régionale vers les 6,9 millions d'habitants en 2050.

 

Des disparités de typologies et de géographique

En ce qui concerne la caractéristique de ce développement, l’Insee relève que « les services médicaux, paramédicaux, sont en croissance rapide en Occitanie comparativement à la France de province (…) Avec le développement du statut d’autoentrepreneur, nombre de services se sont développés rapidement comme les activités de taxi et diverses activités du bâtiment. Conséquence de l’importance de l’activité touristique et de la croissance démographique en Occitanie, les activités de restauration connaissent également un développement rapide ». Cependant, tous les départements ne sont pas à la même enseigne, et ce sont la Haute-Garonne et l’Hérault, départements les plus peuplés et les plus industrialisés qui bénéficient de la plus forte augmentation de points d’accès. Dans les départements ruraux, le rythme est plus lent, mais tous sont en progression.

    À retenir :

    • 4e région de France métropolitaine parmi les mieux équipées
    • 10,6 % des points d’accès aux services du territoire
    • 243 659 « points d’accès aux services » en Occitanie en 2020, soit + 14,6 % sur 5 ans
    • 4 140 points d’accès pour 100 000 habitants (3e rang national)
    • 6,9 millions d’habitants statistiquement prévus pour 2050 (contre 5,8 aujourd’hui)

    Attractivité des villes, la Covid rebat les cartes

    Toulouse arrive en troisième position de l’attractivité des « très grandes métropoles » (plus de 1 million d’habitants), et Montpellier en quatrième position (ex aequo avec Rennes) dans la catégorie des « grandes métropoles » (de 500 000 à 1 million). Dans la catégorie des « métropoles intermédiaires » (200 000 à 500 000 habitants), Nîmes occupe la 5e place.

    Un espace rural tonique accompagne la croissance régionale

    En Occitanie, sur une population globale de 5 885 496 habitants, 39 % vivent en zone rurale, soit 2 319 499 personnes et, à cet égard, occupe le troisième rang en France métropolitaine. Sur place, on y recense 26 % des emplois de la région, mais 63 % des actifs y résident, ce qui démontre que la plupart des habitants des zones rurales vont travailler dans l’espace urbain.