Skip to main navigation Skip to main navigation Aller au contenu principal Skip to breadcrumb Skip to footer

1er accélérateur des entreprises

Recherche

PASSERELLES INDUSTRIES, PRÉPARER L’AVENIR EN ASSURANT LE PRÉSENT

En favorisant la mobilité des salariés entre les différentes branches grâce au dispositif Passerelles Industries, France Industrie Occitanie espère limiter l’impact des plans sociaux et conserver les compétences en région.
PASSERELLES INDUSTRIES, PRÉPARER L’AVENIR EN ASSURANT LE PRÉSENT
Partagez sur Facebook Partagez sur Twitter Partagez sur LinkedIn
Partagez par Email
Lundi 15 février 2021

Le dispositif devait être présenté lors du Salon Siane mais les mesures sanitaires ont contraint France Industrie à revoir ses plans. C’est donc le 26 octobre, peu de temps avant le nouveau confinement, que Passerelles Industries a été officiellement lancé. « Les 10 filières industrielles régionales sont impliquées », indique Bruno Bergoend, le président de France Industrie Occitanie, qui rappelle que l’industrie représente environ 10 000 entreprises pour 220 000 emplois en région, dont 100 000 dans la métallurgie.

Environ 6 000 salariés concernés par des plans sociaux

Cette filière, particulièrement touchée par la crise de la Covid-19, doit faire face aux nombreux plans sociaux de l’aéronautique et « 6 000 salariés sont potentiellement concernés », souligne Bruno Bergoend, par ailleurs président de l’UIMM Occitanie. Dans le même temps, d’autres secteurs peinent encore à attirer des talents et à former des employés compétents. L’objectif de Passerelles Industries, prévu pour durer deux ans, est donc de répondre à ces deux enjeux. « Nous voulons aider les entreprises aéronautiques à ne pas perdre un personnel formé et il serait dommage que des sociétés de l’agroalimentaire, de la chimie ou du bois n’en bénéficient pas », poursuit le président de France Industrie Occitanie. Déjà déterminées à travailler de concert, les différentes filières ont dû accélérer le processus. « Concrètement, ce dispositif repose sur deux piliers », détaille Nicole Barollo, coordinatrice régionale pour France Industrie Occitanie et cheffe de projet Passerelles Industries. « Dans un premier temps, nous souhaitons faciliter le prêt de main-d’œuvre entre des entreprises au faible carnet de commandes et des entreprises de secteur en tension, comme la chimie, l’agroalimentaire ou la pharmacie, qui se portent bien. » Une collaboration gagnant-gagnant qui permettrait à chacun de passer cette période au mieux et au salarié de s’enrichir de nouvelles cultures.

1 000 accompagnements individuels possibles

Par ailleurs, Passerelles Industries propose des dispositifs de reclassement et de recrutement en s’appuyant sur des relais territoriaux pour coller au mieux aux besoins des bassins d’emplois. Soutenu par l’État et la Région et accompagné par Pôle emploi, Passerelles Industries a déjà mis en relation des entreprises de l’énergie avec Airbus par exemple. « À condition que la situation des filières en bonne santé comme la pharmacie ou l’agroalimentaire se maintienne, nous pouvons espérer accompagner 1 000 salariés », évalue Bruno Bergoend qui rappelle l’importance de bénéficier de relais de croissance « même si l’aéronautique va repartir ».

Nous voulons aider les entreprises aéronautiques à ne pas perdre un personnel formé et il serait dommage que des sociétés de l’agroalimentaire, de la chimie ou du bois n’en bénéficient pas.

Bruno Bergoend, président de France Industrie Occitanie et président de l’UIMM Occitanie

 

À retenir :

  • Les 10 filières industrielles en Occitanie : métallurgie, chimie, agroalimentaire, bois, textile, plasturgie, énergie, carrières et matériaux, santé médecine pharmacie, nautisme
  • 10 000 entreprises industrielles en Occitanie
  • 220 000 emplois industriels dont 100 000 dans la métallurgie
  • Sur les 100 000 emplois de la métallurgie, 60 000 dans l’aéronautique