Skip to main navigation Skip to main navigation Aller au contenu principal Skip to breadcrumb Skip to footer

1er accélérateur des entreprises

Recherche

ROBOTICS PLACE, UN CLUSTER QUI A TROUVÉ SA PLACE

Depuis sa création en 2012, le cluster Robotics Place s’attache à répondre aux enjeux économiques de demain en encourageant le développement de la filière robotique et drone au niveau régional. Structuration, coopétition et formation sont les axes de travail du cluster.
ROBOTICS PLACE, UN CLUSTER QUI A TROUVÉ SA PLACE
Partagez sur Facebook Partagez sur Twitter Partagez sur LinkedIn
Partagez par Email
Mardi 28 janvier 2020

Avec 85 membres sur l’ensemble du territoire régional, dont une majorité dans l’agglomération toulousaine, Robotics Place est un cluster dynamique. Centrée sur trois domaines d’activités (la robotique industrielle, la robotique de service et les drones), l’association regroupe entreprises, laboratoires de recherche et écoles pour tirer l’ensemble de la filière vers le haut. Pour le président du cluster, Laurent Latorse, par ailleurs fondateur d’Airod Technologies, Robotics Place a trois priorités. « Notre premier axe de travail est la structuration de la filière, explique-t-il. Il y a encore beaucoup de process manuels qui ne sont pas automatisés. Cela nécessite une acculturation, de la pédagogie, notamment auprès des TPE, PME. » Dans un premier temps freiné par le coût d’équipement, la robotisation fait aujourd’hui face à une problématique d’acceptabilité. « Que ce soit pour les clients face aux robots d’accueils ou pour les ouvriers dans les usines, qui manquent de formation ou ne comprennent pas pourquoi ils seraient remplacés pour porter des charges lourdes car ils sont encore jeunes. En France, la robotique est une robotique éthique », assure le président du cluster.

 

La coopétition, un leitmotiv pour le cluster

Autre volonté de Robotics Place, celle de développer la coopétition entre les différents adhérents du cluster. « Dans un tissu de TPE, PME où les compétences sont éclatées, l’idée est de juxtaposer différentes compétences pour répondre à des projets plus importants », précise Laurent Latorse. Depuis 2017, un comité de pilotage a été mis en place pour favoriser ce type d’actions. La première édition du Robotics Place Day, organisée en novembre dernier au B612 à Toulouse, s’inscrivait dans cette dynamique puisqu’une cinquantaine de membres étaient venus présenter leurs produits ou services. Des étudiants avaient également été conviés à découvrir ces entreprises, répondant ainsi au dernier axe de travail identifié par le cluster, celui de la formation. « Nous avons des problématiques fortes de recrutement, indique le président. Airbus aspire les talents et il faut lutter pour attirer les compétences. » En collaborant avec des écoles comme l’Icam, l’INP ou Upssitech, l’association souhaite former des techniciens ou des ingénieurs sur des thématiques spécifiques. Le cluster, qui organisera à nouveau les Robotics Place Day, le 1er décembre 2020, travaille également à créer des passerelles avec des métiers en souffrance pour les réorienter vers les secteurs de la robotique et des drones.

À retenir :

  • 85 membres
  • Créé en 2012
  • 3 domaines d’activités : la robotique industrielle, la robotique de service et les drones