Skip to main navigation Skip to main navigation Aller au contenu principal Skip to breadcrumb Skip to footer
1er accélérateur des entreprises

SCMR bâtit son développement avec la CCI

Conception de charpentes métalliques et construction de bâtiments : Philippe Alauzet est un homme pragmatique, en prise avec le réel et qui préfère les solutions que les problèmes. Pour les projets de développement de son entreprise, il n’hésite pas à se tourner vers les conseillers de la CCI Aveyron : « je suis un technicien du bâtiment, eux, ils ont les compétences que je n’ai pas ».
scmr
Partagez sur Facebook Partagez sur Twitter Partagez sur LinkedIn
Partagez par Email
Imprimez
Jeudi 31 août 2023

En 1986, Philippe Alauzet a repris la SCMR ou Société de Constructions Métalliques de Rieupeyroux. Son cœur de métier est assez dense puisque l’entreprise construit des bâtiments dont la conception et la fabrication des structures s’effectuent depuis la SCMR. Il y avait à l’époque 4 salariés. Ils sont 20 aujourd’hui pour un CA de 10 M€.

Une progression qui a valu à Philippe Alauzet et son équipe le Prix Campus XIIe Avenue Formation RH, de la 11e édition de « l'Aveyron des Champions », décerné par la CCI du département. « C’est gratifiant pour l’ensemble des personnels. Cette distinction salue nos efforts, et je l’ai reçue comme une forme de reconnaissance pour le travail accompli », se réjouit Philippe Alauzet qui entretient « d’excellentes relations avec l’institution consulaire ».

 

La CCI, un vrai rôle de conseil

Pour lui, tout a commencé « en 2005, quand j’ai voulu investir dans de nouveaux outils. J’ai découvert alors que la CCI était tout autre chose que le lieu où il fallait inscrire l’entreprise. Des conseillers m’ont permis d’instruire des demandes d’aides. Au-delà de cet aspect matériel, j’ai compris que pour un chef d’entreprise, la CCI était avant tout un point-ressource où l’on pouvait bénéficier d’un savoir qu’on ne possède pas ». Et de plaider : « Je suis non seulement un bâtisseur mais aussi un industriel et, en outre, je vais à la rencontre de mes clients. De fait, je n’ai pas le temps d’être connaisseur en tout ».

 

En 2016 et 2020, la SCMR s’est modernisée, et, encore une fois, a dû investir dans de nouveaux outils. « Je n’ai pas hésité à revenir vers la CCI et je m’en félicite. Le conseiller m’a aidé à concevoir le dossier financier et, m’a encore une fois permis d’être éligible à des aides qui se sont révélées très utiles ».

 

Il le réaffirme avec conviction : « à chacun sa spécialité. Moi, c’est le bâtiment en structures métalliques. Pour le reste, j’ai trouvé non seulement des interlocuteurs mais, aussi, des partenaires auprès de ma CCI, qui ont considéré mon entreprise non pas comme un dossier mais comme une réalité ». De fait, il a inscrit un de ses collaborateurs à un stage « RH » et envisage de repenser son alimentation et ses coûts énergétiques, toujours avec la CCI.

    La CCI me propose des conseillers qui non seulement partagent un savoir que je n’ai pas, mais ne considèrent pas mon entreprise comme un dossier, mais comme une réalité.

    Philippe Alauzet, directeur de SCMR

    À retenir :

    • 1986 : reprise de la SCMR avec 4 salariés
    • 20 salariés aujourd’hui, 10 M€ de CA
    • Lauréat de « l’Aveyron des Champions » 2022

    A lire également

    Allure Cuir, une reprise en confiance avec la CCI Ariège

    En 2019, Christine Avalo a repris « Allure Cuir », maroquinerie de référence à Lavelanet que ses propriétaires cédaient pour cause de retraite. Connaisseuse de l’environnement des entreprises, elle s’est tournée sans hésiter vers la CCI Ariège, « certaine d’y trouver des informations adaptées pour son projet ».  

    Hôtel-Restaurant-Spa : Le Belvédère vise l’excellence

    En 2009, Jacques Barthélémy a repris l’Hôtel-Restaurant Le Belvédère à Montagudet-Lauzerte. De cette enseigne en quête d’un nouvel élan, il a fait un établissement de renom. Il a encore de grands projets et la CCI Tarn-et-Garonne l’accompagne dans ses ambitions. « Mes conseillers ont une expertise que je n’ai pas », résume-t-il.

    Bons arbitrages et mauvais compromis

    En cette rentrée, la CVAE (cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises) s’est invitée dans l’actualité.