Menu

Fermer le menu

Apprentissage, tout sur les mesures d’urgence et leurs modalités d’application

Mercredi 10 Juin 2020 - 16:30

Pour éviter que des milliers de jeunes ne se retrouvent sans emploi à la rentrée, le Gouvernement a présenté́ des premières mesures destinées à relancer l’apprentissage. Sans une mobilisation de tous les acteurs, dont l’Etat, une chute importante des offres d’apprentissage proposées par les entreprises était en effet à prévoir.

Évaluée entre 20 et 40 %, cette chute aurait placé plusieurs centaines de milliers de jeunes dans une situation d’impasse. Elle aurait également privé les entreprises du potentiel de ces jeunes talents. Et pourtant, l’efficacité de cette voie d’apprentissage n’est plus à démontrer, économiquement bien sûr mais également humainement, socialement… "On a aidé les entreprises, on leur demande d'aider la nation, en aidant les jeunes. Ce sont les compétences de demain, a résumé la ministre du Travail, Muriel Pénicaud. Ils ne doivent pas être la variable d'ajustement de la crise. Ce plan vise donc à favoriser le rebond de l'économie, la relance et à engager tous les moyens pour aider les entreprises à repartir. Et donc à embaucher à nouveau". L’importance de l’effort budgétaire consenti par le gouvernement est donc à la hauteur. En effet, l’une des mesures phares du plan annoncé le 4 juin concerne l'augmentation de l'aide à l'embauche pour la première année afin qu'il n'en coûte rien à l'employeur. Cette aide sera portée à 5 000 euros pour un mineur et 8 000 au-delà de 18 ans, jusqu'à la licence Pro et quels que soient les effectifs de l'entreprise. Cette seule mesure représente un surcoût de 1,5 milliard d'euros par rapport à un montant de prime inchangé. Et l'objectif annoncé est de conserver le même nombre de signatures de contrats d'apprentissage en 2020 qu'en 2019 (environ 370 000). Parmi les autres mesures majeures, on citera la prolongation de 3 à 6 mois de la durée qu’un jeune peut passer dans un CFA avant de signer un contrat d’apprentissage, la garantie pour les jeunes (sous conditions) de recevoir une proposition et l’éligibilité des ordinateurs portables à l’aide au premier équipement.

Pour Alain Di Crescenzo, président de la CCI Occitanie et 1er vice-président de CCI France, « Le gouvernement le sait, nous le savons : la crise du Covid aura de lourdes conséquences sur le front de l’emploi. À l’heure de trouver des solutions, il en est une qui a le double mérite d’exister et d’avoir fait ses preuves d’un point de vue économique et entrepreneurial : l’apprentissage. Cette voie favorise la transmission des savoirs, crée du sens, de la valeur, du lien générationnel, de la fierté et de très belles réussites. 1er CFA régional intégré et regroupant les 16 CFA de notre région, notre centre CCI Sud Formation CFA Occitanie assure aux jeunes 87 % d’insertion professionnelle et leur propose 100 diplômes, du CAP à l’ingénieur, dans 12 filières. Dans le contexte actuel, il faut se féliciter du plan de soutien de l’apprentissage qui évite à nos jeunes la double peine d’une dette publique encore aggravée et d’un accès qui se serait dramatiquement restreint à un ascenseur social parmi les plus performants. En progression de 16 % en 2019, et en croissance constante depuis 2016, l’apprentissage avait besoin de ce soutien pour aider les entreprises à passer le cap de la rentrée sans perdre le bénéfice de l’apport de ces talents en devenir. »

Communiqué de presse de CCI France relatif aux principales mesures annoncées par le Gouvernement

 

Twitter