Menu

Voccitanie Rezo
Fermer le menu

Europ Hôtel à la table de la CCI Gers

En moins de dix ans, l’hôtellerie-restauration est devenue un nouveau métier. Réseaux sociaux, centrales de réservations, évolution de la législation… : il convient d’être attentif à tous ces points qui ont acquis une importante capitale. Eric Maupas, dirigeant de l’Europ Hôtel à Mirande, a fait le choix de se former avec la CCI du Gers.

Ce chef cuisinier et hôtelier est devenu un assidu des formations Educ’Tour dispensées par la CCI 32. « Sans eux, nous aurions renoncé depuis longtemps », se réjouit-il. Il se rêvait en prof de physique, il endosse l’uniforme et, de retour dans le Gers, Eric Maupas s’invente un avenir d’électricien pour suivre les conseils de son père, hôtelier-restaurateur à Mirande, qui l’encourage… à ne pas suivre la voie familiale. Qu’importe ! Quand l’Hôtel-restaurant de l’Europe est mis en vente, Eric Maupas qui a « grandi dans les cuisines », ne peut voir partir vers l’inconnu cet établissement familial fondé en 1949 par son grand-père. Il le rachète en 2008. Si la cuisine est pour lui « une seconde nature », le métier a évolué depuis le temps où il « passait pour aider ». Ce ne sont pas tant les casseroles, le foie gras ou les desserts qui l’inquiètent : « avec internet, d’une part, et d’autre part l’évolution de la clientèle, les changements de normes… J’ai vite compris que j’avais besoin d’apprendre ». Il se tourne vers la CCI du Gers et découvre l’univers nouveau des réseaux sociaux, de la communication, des labels, et de la législation sans cesse remise en cause tant en ce qui concerne l’hygiène que la sécurité. « On ne peut plus se permettre d’être en retard d’une tendance ou négliger une norme en vigueur. Ce métier oblige à la vigilance et, pour cela, j’ai la CCI du Gers, partenaire numéro un de mon établissement. Car, dès qu’un texte est voté, qu’un label peut être obtenu ou qu’un réseau est ouvert, mon conseiller me le signale », explique-t-il en assurant que « cette vigilance est essentielle ». Eric Maupas assure faire « absolument confiance » à sa conseillère. Il est entré dans la confrérie-label « Les tables du Gers », et pense que c’est en grande partie « grâce à la pédagogie personnalisée des interventions de la CCI » que l’hôtel-restaurant de l’Europe a pu gagner ses galons de « premier trois étoiles de l’Astarac ».

 

En complément

Inscription – Newsletters Voccitanie

Twitter