Menu

Voccitanie Eco
Fermer le menu

Gillis Aéro, la vis tourne dans le bon sens

Lorsqu’ils entendent parler d’usine du futur ou d’industrie 4.0, beaucoup de gens se représentent des grands groupes ou, a minima, de grosses ETI. Ils ont tort, comme le montre la PME tarn-et-garonnaise Gillis Aero, qui a été primée lors des derniers Trophées de l’Aéronautique dans la catégorie « Industrie du futur et performance industrielle ».

L’histoire récente de Gillis Aéro est l’histoire d’un crash évité de peu. Créée en 1965, l’entreprise a failli ne pas survivre au décès de son fondateur, en 2008. Aujourd’hui implantée à Dieupentale, dans le Tarn-et-Garonne, celle-ci est spécialisée dans la production de petites et moyennes séries de fixations et vis aéronautiques, standards et sur-mesure, pour les cellules (tubes et ailes de l’avion) et les équipements (systèmes d’air, de freinage, cabine…). Livrée à elle-même, sans véritable pilote dans l’avion et à une période de fortes turbulences pour la filière, l’entreprise doit sa survie à sa solidité et à sa reprise par un homme passionné d’entreprise et de mécanique, Serge Dumas. Après des débuts chez Ratier Figeac, ce Sétois d’origine ne quittera plus jamais l’aéronautique et ses expériences, diverses, forgeront une vision stratégique globale et une culture des process qui ont aujourd’hui permis à Gillis Aero de se recaler sur un plan de vol gagnant. « La revente d’Antavia, ma société de maintenance aéronautique, m’a décidé à relever le challenge de cette reprise. Après avoir pris le temps de poser les bases de notre stratégie de développement, nous avons investi de 2011 à 2017 pour mettre en œuvre notre propre vision de l’usine du futur. Avec un objectif, faire partie des rares fabricants de fixations de notre taille à avoir intégré l’ensemble du processus, de la forge au traitement de surface (cadmiage, passivation, argentage…). Après avoir déménagé de Moissac à Dieupentale, en 2016, notre équipe a ainsi imaginé pas moins de 35 versions de l’atelier de 2 500 m2 qui a été primé lors des Trophées de l’Aéronautique et où trois cobots travaillent 24/24 cinq jours sur sept, ainsi que deux machines à chargement automatique. C’est peu dire que nous avons phosphoré pour intégrer les meilleures pratiques industrielles afin de gagner en compétitivité… L’organisation de notre production est basée sur le Lean Manufacturing et sur la digitalisation. La maîtrise des data autorise une parfaite maîtrise des données de production (gestion charge/capacité, temps de passage, gestion des goulots d’étranglement etc.) et donc des coûts. » explique Serge Dumas. À la clé, 1,2 million de fixations produites par an pour ses clients, constructeurs d’avions et d’hélicoptères, équipementiers et acteurs du secteur du spatial, dans un secteur référent en termes d’exigence Qualité. Un aspect de son métier où, là encore, Gillis ne fait pas les choses à moitié puisque l’entreprise est certifiée Nadcap, référence mondiale en la matière, mais aussi EN 9100 et ISO 9001 et a obtenu des certifications spécifiques de la part des plus gros acteurs de la filière tels que : Airbus, Safran, Zodiac, Liebherr… Une filière dont le carnet de commandes offre une visibilité propice au pilotage. « Nous avons effectivement la chance d’être sur des marchés à temps long. Ce qui permet d’avoir une vraie stratégie d’investissement et de développement » conclut le dirigeant en indiquant que s’il trouve le matriceur qu’il cherche, il reverra encore ses objectifs de chiffre à la hausse.

 

À retenir :

  • Création en 1965, reprise en 2008
  • 40 collaborateurs
  • 4 M€ de CA en 2018 avec une croissance de 35 %
  • Un CA prévisionnel de 5 M€ en 2019
  • 1,2 m de pièces produites en 2017
  • Primée lors des derniers Trophées de l’Aéronautique dans la catégorie « Industrie du futur et performance industrielle ».

 

En complément

Inscription – Newsletters Voccitanie

Twitter