Menu

Voccitanie Data
Fermer le menu

Le potentiel de dépenses annuelles de consommation

L’Occitanie a le 5e PIB des régions de France et bénéficie d’une démographie très dynamique. Le territoire régional est, également, fort de deux métropoles d’envergure qui tractent significativement l’économie. À l’heure de faire les courses, comment se traduisent ses atouts dans le panier ou le caddie des commerces de notre région ?

Pour l’année 2020, le potentiel de dépenses annuelles des ménages d’Occitanie frôle les 35 milliards d’euros avec 33 450 M€ pour les 37 produits de consommation courante étudiés. L’enquête réalisée par la CCI Occitanie avec le cabinet AID Observatoire relève que les arbitrages budgétaires entre les différentes familles de produits sont très peu différenciés par rapport au comportement constaté au niveau national. On notera que 44 % de la dépense commercialisable sont réalisés par les ménages résidant dans les départements de la Haute-Garonne et de l’Hérault, en raison de la part de population importante de la région résidant dans ces deux départements. Les comportements d’achat des ménages en termes de formes de vente fréquentées restent majoritairement orientés vers les grandes surfaces : 68 % des dépenses tous produits confondus sont, en effet, réalisées dans ce type de points de vente, ce qui est inférieur de 2 points à la moyenne nationale. Les hypermarchés captent à eux seuls 25 % de la dépense des ménages. Le commerce de moins de 300m² se situe à 21 % pour les dépenses alimentaires et non-alimentaires, taux similaire à la moyenne nationale.

Sur les produits alimentaires, les principaux constats sont les suivants :

  • En représentant 75 % de part de marché, le poids des grandes surfaces est ici dominant, mais on note que cette représentation est inférieure de 4 points au niveau moyen national. Les hypermarchés captent une part importante des dépenses en produits alimentaires, mais sont moins bien positionnés dans la région Occitanie par rapport à la moyenne nationale (38 % vs. 43 % au niveau France).
  • Le commerce de moins de 300 m² est plus élevé de 3 points par rapport à la moyenne nationale.
  • Le commerce non sédentaire est bien positionné (+ 2 points par rapport à la moyenne nationale).

En non-alimentaire, les principaux constats sont les suivants :

  • On retrouve un commerce de moins de 300 m² légèrement en deçà de la moyenne nationale (25 % contre 26 %).
  • La part de la vente à distance est supérieure à la moyenne nationale (13 % contre 10 %).

 

À retenir :

  • 33 450 M€ : le potentiel de dépenses annuelles de consommation
  • 37 produits de consommation courante étudiés
  • 44 % de la dépense commercialisable sont réalisés par les ménages résidant dans les départements de la Haute-Garonne et de l’Hérault
  • Tous les résultats de l’enquête sur http://www.obseco.fr

 

Publié le 7 octobre 2020

 

Twitter