Menu

Voccitanie Eco
Fermer le menu

Moins de Pôles, plus de compétitivité ?

Entrés dans leur phase IV en début d’année, les Pôles de compétitivité se musclent et se restructurent en région. Désormais, les différentes filières vont travailler au développement commun de domaines d'excellence.

Les pôles de compétitivité présents en Occitanie sont tous reconduits sous une forme ou sous une autre. Trois d’entre eux comptent désormais leur siège en Occitanie : Aerospace Valley (Toulouse), Derbi (énergie, Perpignan), Agri Sud-Ouest Innovation (Auzeville-Tolosane). D’autres se restructurent à l’instar Cancer-Bio-Santé, qui œuvrait à l’ouest de la région, est désormais rattaché à Eurobiomed qui, avec son siège à Marseille, rayonnait déjà dans le Gard et l’Hérault. De leur côté, Optitec, Terralia et le Pôle Mer Méditerranée conservent leurs contours interrégionaux en englobant ceux de notre région. En fait, rien ne change vraiment sauf pour AquaValley, désormais concentré autour d’un pôle national grâce au regroupement des trois pôles régionaux de compétitivité existants jusqu’ici pour ce secteur. “La filière de l'eau se structure grâce à la création d'un pôle de compétitivité national : le PCF Eau (Pôle de Compétitivité de la Filière de l’Eau). Ce nouveau pôle forme un écosystème d’innovation de près de 500 adhérents, dont plus de 400 entreprises de toute taille et de spécialités variées et 60 établissements de recherche et de formation en interaction permanente”, explique-t-on au sein de ce nouveau regroupement. En Occitanie, d’un point de vue général, la dynamique est donc bonne. “C’est plutôt un bon résultat”, analyse Yann Barbaux, le président d’Aerospace Valley. Formellement, dans l’Hexagone, on passe de 66 pôles à 48 + 8, par le jeu des regroupements. Il n’y a pas eu d’écrémage sévère, mais une attrition naturelle. De son côté, l'État, qui a réduit le nombre de pôles, a également diminué leur financement qui passe de 18 à 9 M€ de dotation”, observe-t-il. Ainsi, les pôles de compétitivité dans leur phase IV envisagent davantage de transversalité. “Chaque région contribuera à l’émergence de domaines d’excellences grâce à ses forces naturelles”, détaille Yann Barbaux qui réfléchit à davantage de coopérations intersectorielles et interrégionales.

 

À retenir :

  • 3 Pôles de compétitivité ont désormais leurs sièges en Occitanie
  • 2 : Le nombre de pôles amenés à fusionner : Cancer-Bio-Santé au sein d’Eurobiomed, et AquaValley au sein du Pôle de Compétitivité de la Filière de l’Eau (PCF Eau), une structure nationale

 

En complément

Inscription – Newsletters Voccitanie

Twitter