Menu

Voccitanie Média
Fermer le menu

Palmarès 1868 : la mode cycliste s’élance dans le Tarn

Des vêtements inspirés par les légendes de la petite reine revisitant avec discernement et sensibilité esthétique ce patrimoine stylistique : tel est le pari de Palmarès 1868, une jeune marque tarnaise qui tente de s’imposer dans le secteur du sportswear chic. Et de remettre en selle la grande tradition textile du Tarn.

En matière de cyclisme, 1868 est une année phare : celle de la première course de vélo française au bois de Saint-Cloud. Et si Jean-François Perez a choisi cette date emblématique, c’est bien parce que Palmarès 1868 a une vocation : celle de remettre au goût du jour les tenues des cyclistes du début du XXe siècle. En 2016, cet infirmier libéral – qui exerce toujours dans le secteur d’Albi – s’est lancé dans une véritable course de fond : créer une marque chic et sport inspirée par les légendes du Tour, celles qui ont fait rêver des générations entières sur les bords des routes de France, ou derrière les téléviseurs en couleurs. « Je suis parti du constat que de nombreux sports, comme le tennis, le rugby ou le surf avaient inspiré de belles marques. Mais, de nos jours, les marques de prêt-à-porter n’ont pas encore investi l’histoire du cyclisme. Aussi, j’ai décidé de créer, avec l’aide de mon associé designer textile, la marque qui répondra à ce besoin et à ma passion du vélo. Par ailleurs, aujourd’hui, le marché du vélo est en plein essor. Il touche toutes les couches de la société et s’adresse à toutes les générations », explique-t-il. De nombreux observateurs affirment d’ailleurs que, en termes d’engouement, le vélo sera le golf du XXIe siècle. On le voit, le potentiel de développement de la filière est plus que significatif et l’on ne peut que se féliciter de voir l’Occitanie héberger le premier cluster vélo de France.

 

Le Tarn dans la course

Pour imaginer ses premiers modèles, Jean-François Perez s’est plongé dans les images d’archive. Le résultat ? Prestige, un pull au façonnage complexe, boutonné sur le côté et agrémenté d’un col cheminée. Inspiré des vieux maillots de cyclisme des premiers coureurs du Tour de France, qui ont écrit les légendes du cyclisme de 1910 à 1925, ce pull 100 % made in Tarn est réalisé en circuit court par l'entreprise tarnaise Regain à partir des fibres recyclées produites par la Filature du Parc à Brassac. Car, si Jean-François Perez est passionné de vélo depuis toujours, il a aussi une autre idée en tête. « Je rêve de remettre dans la course, ici dans le Tarn, la grande tradition locale du textile et de la confection. Avec 700 pièces fabriquées l’an dernier, Palmarès 1868 dispose désormais d’une trentaine de modèles, pulls, polos et casquettes pour hommes et pour femmes. » Des modèles vendus en été, au pied des montagnes pyrénéennes lors d’une boutique éphémère, dans quelques magasins et via le site Internet. Et si l’activité n’est pas encore rentable, Jean-François Pérez travaille activement sur le réseau de distribution, « le nerf de la guerre », lance-t-il. Cette année, il espère doubler son chiffre d’affaires. Il vient tout juste de trouver un diffuseur au Japon. Jean-François Perez le sait : la course se fait par étapes. Mais il en a sous la pédale. Et peut compter sur le renfort d’ambassadeurs comme Lilian Calmejane (Vainqueur de la 8e étape du Tour de France 2017 né à Albi) et de Raphaël Géminiani (légende vivante du cyclisme et du Tour).

Je rêve de remettre dans la course, ici dans le Tarn, la grande tradition locale du textile et de la confection. Avec 700 pièces fabriquées l’an dernier, Palmarès 1868 dispose désormais d’une trentaine de modèles, pulls, polos et casquettes pour hommes et pour femmes - Jean-François Perez, fondateur de Palmarès 1868

À retenir :

  • Création en 2016 à Cambon
  • 30 modèles en vente
  • 700 modèles fabriqués en 2019
  • Prévisionnel 2020 : un doublement du chiffre d’affaires 2019

 

Twitter