Menu

Voccitanie Eco
Fermer le menu

Territoires et industrie du futur, le duo gagnant ?

L’expression « industrie 4.0 » a fait irruption il y a quelques années dans les nombreux sujets consacrés par les médias à l’avenir de notre industrie. Cet « upgrade » de l’outil et des process de production est au cœur des priorités des filières qui performent et de celles pour qui elle rebat les cartes et peut constituer un nouveau départ. Mais, tout comme la digitalisation et la robotisation, les territoires sont au cœur de cette opportunité de renouveau industriel.

 

Pendant 30 ans, notre pays a délaissé son industrie en privilégiant trop longtemps les délocalisations pour abaisser les coûts de production. Conséquence, le secteur ne représente plus que 17 % du PIB (contre 29 % dans les années soixante). Pourtant, depuis quelques années, l’industrie du futur est au cœur des plans de transformation des grands industriels qui accélèrent la robotisation et augmentent leurs investissements dans les outils numériques pour gagner en compétitivité. La fédération internationale de robotique prévoit qu’il y aura 5,5 millions de robots industriels dans le monde en 2020 contre 1,2 million en 2010. « La France accuse un retard important en ce domaine et l’accent doit être mis notamment sur les PME-PMI, qui ont des difficultés à faire la transition pour répondre aux attentes de leurs clients. Cette évolution favoriserait un renouvellement du parc industriel et créerait une nouvelle dynamique pour l’industrie française, notamment en termes d’emploi » explique Alain Di Crescenzo, Président de la CCI Occitanie et 1er Vice-Président de CCI France.

 

Les territoires, champion de l’innovation ?

Le développement de l’industrie 4.0 doit se faire de manière cohérente et structurée. Ainsi, comme le préconise un rapport de l’Institut Montaigne, l’idée est de s’appuyer sur les territoires en utilisant les compétences locales pour faire émerger « de nouveaux champions industriels de l’innovation ». Si les territoires éloignés des grandes métropoles ont été les plus marqués par la désindustrialisation, ils apparaissent aujourd’hui comme l’une des solutions au renouveau du secteur. Et les politiques semblent l’avoir compris comme l’illustre l’identification de 124 territoires d’industrie en France qui vont bénéficier de 1,3 milliard d’euros d’aides. Les pôles de compétitivité, qui en sont à la phase IV de leur développement, doivent jouer un rôle majeur dans la réindustrialisation de ces territoires, grâce notamment au déploiement de l’industrie du futur. En rapprochant grands groupes, PME, start-ups et centre de recherche, ils forment un creuset d’innovation et permettent un développement cohérent du tissu industriel local.

 

Le rôle des CCI reconnu

Le renouveau de l’industrie passe donc par les territoires, qui ont su développer des filières autour de leurs compétences historiques (aéronautique, automobile, agroalimentaire, énergie…). Et cet essor du secteur industriel, favorisé par l’innovation et l’industrie 4.0, doit permettre à son tour de revitaliser des territoires ruraux et des villes moyennes, principales victimes d’une économie fabless. « Ce constat posé par certains aujourd’hui, nous le faisons tous les jours et, depuis longtemps, sur notre territoire ! Car la réalité industrielle de l’Occitanie est comparable à celle d’une « grappe de départements » dont nous devons travailler inlassablement à rendre les liens plus étroits encore et les synergies plus fortes. La mission Territoires d’industrie, qui reconnaît au passage le rôle majeur des CCI dans ce redéploiement et qui souhaite voir notre réseau intervenir en interaction étroite avec les Régions et Business France, a identifié 10 territoires d’industrie en Occitanie. C’est un formidable atout car, si la métropolisation de l’économie est une réalité, tous les spécialistes considèrent que la revitalisation des villes moyennes et des zones rurales passera par l’industrie. »

 

L’avenir en formation

Et la formation dans tout cela ? « En 2012, suite aux commandes record du Bourget de la même année, l’UIMM Midi-Pyrénes (Union de l’Industrie et des Métiers de la Métallurgie) lançait un « Grenelle de l’emploi industriel » pour attirer les talents qui permettrait d’être au rendez-vous des attentes du marché. Malgré toutes les actions menées depuis pour sensibiliser le public à l’attractivité de ses métiers et de ses opportunités de carrières et de réussite, l’industrie demeure une filière en tension qui peine à pourvoir les nombreux postes qu’elle propose. L’avenir de l’industrie du futur, c’est donc aussi ; et très largement, la formation. Un sujet que nous connaissons mieux que bien puisque notre réseau consulaire est le 2e formateur de France après l’Éducation nationale et que, en prise directe avec les entreprises, nous sommes en capacité de proposer les formations qui profitent à leur performance ET à l’emploi. Ayant déjà posé le diagnostic de cette nécessaire convergence entreprise/territoires/formation, nous avons, avec Sud Formation, créé le seul CFA 100% régional existant en France. Regroupant l’ensemble des 14 CFA de notre territoire il offre, aux jeunes comme aux entreprises, un dispositif complet de formation assurant qualité, proximité et performance avec 85 % de ses alternants qui sont embauchés dans les 3 mois suivant l’obtention du diplôme » conclut-il.

 

Car la réalité industrielle de l’Occitanie est comparable à celle d’une « grappe de départements » dont nous devons travailler inlassablement à rendre les liens plus étroits encore et les synergies plus fortes. Alain Di Crescenzo, 1er Vice-Président de CCI France et Président de la CCI Occitanie

 

 

 

En complément

Inscription – Newsletters Voccitanie

Twitter