Menu

Voccitanie Eco
Fermer le menu

ThirtyOne, le phygital comme sur des roulettes

Face aux doutes sur les risques d’utilisation des transports en commun, les objets de mobilité douce et le vélo ont fait des adeptes désireux de ne pas augmenter les risques sanitaires pendant leurs déplacements. Et comme le fabricant de vélos installé à Villeneuve de Rivière (Haute-Garonne) avait mis à profit le stop du confinement pour affiner sa stratégie de diffusion de ses produits, il considère l’avenir avec optimisme.

ThirtyOne a été créé en 2013 par Christophe Baeza, un passionné de VTT qui, suite à un accident sur une course, revend son activité d’assureur pour lancer un projet un peu fou : créer de toutes pièces une ligne de vélos urbains d’exception où innovation et design ont la part belle. Résolument haut de gamme si l’on n’en considère le prix que par rapport au statut de vélo, ces objets sont porteurs de valeurs à la convergence de l’économie, du social, de l’environnemental, voire de l’éthique. Ici, dans une approche relevant de « l’artisanat industriel d’art », on imagine, on conçoit, on fabrique, on teste, on ajuste, on accompagne… Avec un goût assumé pour le « less is more » comme fil conducteur. À la clé, les utilisateurs apprécient des objets innovants, performants, élégants, solides, simples, conçus ET assemblés en France et privilégiant les circuits courts pour l’approvisionnement. Environ 1 000 vélos sortent chaque année des ateliers de Villeneuve de Rivière, au cœur du Comminges, pour un CA d’environ 250 000 €. Ces ventes se répartissent à 50 % pour les particuliers et à 50 % pour les entreprises. Car ThirtyOne, anticipant la tendance, a développé une stratégie BtoB (business to business) l’amenant à proposer aux entreprises et aux collectivités la mise à disposition de flottes de vélos en location. « Après avoir été le 1er vélo à changement de vitesse automatique et le 1er vélo qui recharge à la décélération, nous avons ainsi été le 1er vélo électrique en libre-service de France en équipant la ville de Vannes. Qu’ils soient une start-up, une entreprise du CAC 40, une ville ou un office du tourisme, nous proposons à nos interlocuteurs des solutions sur mesure pour faire évoluer les habitudes de transport de leurs équipes, de leurs clients… » explique Christophe Baeza. Réduire l’emprise au sol des parkings, réduire l’emprunte carbone de ses déplacements, participer au bien-être de ses collaborateurs… : pour les entreprises, les bénéfices sont multiples. « Moins de temps de transport, moins de stress, davantage d’exercice physique et davantage de productivité au cours d’une journée. Que de bonnes choses pour tout le monde ! ». Et avant même l’annonce d’un soutien prioritaire aux mobilités vertes, le Gouvernement proposait d’ailleurs la prise en charge des frais de trajets de ses salariés lorsqu'ils utilisent un moyen de transport alternatif (forfait mobilités durables). Les impératifs de distanciation physique dus au Covid n’ont fait qu’accélérer cette tendance. Un Covid qui aura, dans un premier temps, conduit a stopper la production mais qui aura permis de booster la prospection digitale. Car, là encore, ThirtyOne a des convictions. Notamment celle de la convergence entre le digital et le point de vente ou le contact physique – que les experts appellent phygital. « Nous faisons du phygital depuis plus d’un an, il aura fallu une crise sanitaire pour qu’on puisse y donner un nom ». Pour ThirtyOne, la passion est de toute évidence la plus belle des énergies et le plus efficace des moteurs.

ThirtyOne

 

Publié le 24 juin 2020

 

Twitter