Skip to main navigation Skip to main navigation Aller au contenu principal Skip to breadcrumb Skip to footer
1er accélérateur des entreprises

ZOOM SUR L’INDUSTRIE EN OCCITANIE EN 2020

Conjoncture industrielle : coup de frein mais sérénité En Occitanie, l’industrie a enregistré en 2020 un ralentissement de l’activité, avec une perte de chiffre d’affaires estimée à plus de 14 %, mettant en cela un terme à la dynamique positive des années précédentes. C’est là le premier constat que pose l’enquête de conjoncture 2020-2021 réalisée conjointement par la CCI Occitanie et la Direction régionale de la Banque de France, auprès de 5 557 entreprises dont 1 311 issues de la filière industrielle.

CONSTRUCTION, DE BONS SIGNES DE REPRISE POUR 2021

En Occitanie, la diminution du chiffre d’affaires pour le secteur de la construction est estimée à plus de 6 % pour l’année 2020. C’est ce que révèle l’Enquête de conjoncture, réalisée en partenariat par la CCI Occitanie et la Direction régionale de la Banque de France, auprès de 1 089 entreprises du secteur, interrogées entre fin décembre 2020 et début janvier 2021. En dépit de ce recul, le 4e trimestre 2020 était annonciateur d’une reprise jugée « durable », par les opérateurs du secteur, qui restent optimistes.

CONJONCTURE, LE SECTEUR DES SERVICES MAINTIENT L’EMPLOI ET SAUVE SA TRÉSORERIE

En Occitanie, comme partout en France, en 2020 de nombreuses entreprises du secteur des services ont vu leur activité s’interrompre ; d’autres ont été victimes d’une modification de la demande des particuliers (comme les conducteurs de taxi) autant que des entreprises (société de nettoyage, conseils). Au final, dans notre région, comparativement à 2019, la perte de chiffre d’affaires en 2020 est estimée à 8.3 % pour ce secteur, sensible aux mesures de restrictions sanitaires.

ZOOM SUR L'APPORT DES PME-ETI À LA CROISSANCE

ETI-PME et grandes entreprises :  « la chaîne ADN » de l’emploi En Occitanie, dans les secteurs marchands hors agriculture, 133 500 entreprises emploient (en 2017) 1,7 million de salariés : l’Insee vient de rendre publique une étude qui montre « l’interaction du réseau des petites et grandes entreprises » sur la dynamique de la croissance et de l’emploi. Une étude qui révèle aussi que l’Occitanie est la 1re région pour le nombre de microentreprises qui deviennent des PME.

LES ENJEUX DE LA CONCHYLICULTURE D’OCCITANIE

En Occitanie, 509 entreprises regroupées autour de l’étang de Thau, de la lagune de Leucate et, plus largement, sur la bande littorale produisent 12 090 tonnes d’huîtres et 3 060 tonnes de moules pour un CA global de 80 M€. Toutefois, la baisse générale de la consommation, d’une part, et d’autre part l’augmentation de l’âge moyen des producteurs et, pour finir, l’augmentation du taux de mortalité dans les naissains, conduisent la filière à se montrer vigilante.

ZOOM SUR L’EMPLOI EN OCCITANIE

Pôle Emploi : la hausse des demandeurs commence avec le Covid Un peu plus d’inscrits, un peu moins de sorties : à partir du mois de mars 2020, le volume des personnes inscrites à Pôle Emploi a dépassé celui enregistré en 2019. Sur la même période, les offres d’emploi collectées ont reculé de façon sensible. Sur les courbes, il apparaît de façon manifeste que le signal du recul est donné avec l’arrivée du mois de mars, quand a débuté la première période de confinement.

VIGNE, VIN ET VISITEURS : L’OCCITANIE S’ENGAGE SUR L’ŒNOTOURISME

Les 30 millions de touristes qui visitent annuellement l’Occitanie ne viennent nécessairement pas tous pour la même raison. La troisième région touristique de France (hors Paris) a des atouts physiques (mer, montagne, métropoles…) ainsi qu’une culture à faire valoir. À cet égard, outre les musées et monuments, la gastronomie et le vin font aussi paramètre. De fait, le Comité régional du tourisme et des loisirs (CRTL) vient d’engager, en collaboration avec les acteurs du tourisme viticole, un travail de réflexion sur l’œnotourisme.

SENSIBLE IMPACT COVID POUR LES TPE-PME D’OCCITANIE

L’ordre des experts-comptables d’Occitanie s’est penché sur l’activité des TPE-PME, enregistrée lors du 3e trimestre 2020. Force est de constater que ces entreprises sont au diapason de l’ensemble de l’économie : elles ont fait montre d’une récupération fulgurante après le premier confinement, mais sans toutefois retrouver le niveau d’avant la première crise sanitaire.

LE DYNAMISME DÉMOGRAPHIQUE DE L’OCCITANIE SE MAINTIENT

L’Insee vient de rendre publics les chiffres du recensement arrêté en 2018 et signale qu’avec 5 885 496 habitants, l’Occitanie reste, par sa population, la cinquième des treize régions métropolitaines. Entre 2013 et 2018, la région a gagné « en moyenne » 40 300 habitants par an (+0,7), ce qui reste élevé au regard de la moyenne nationale (0,4 %), mais en retrait par rapport à la période quinquennale précédente.

ZOOM SUR LE PORT DE SÈTE-FRONTIGNAN

Sète-Frontignan : le port garde le cap sur le large L’Occitanie a récemment réaffirmé de légitimes ambitions maritimes. Il est vrai que notre région est riche de nombreux atouts pour briller dans ce que l’on appelle désormais « l’économie de la mer ». Parmi ceux-ci, on citera les infrastructures et notamment ses trois ports que sont Sète-Frontignan, Port-la-Nouvelle et Port-Vendres. Le premier connaît une dynamique incontestable depuis une dizaine d’années, de quoi limiter l’impact de la Covid-19 sur son activité 2020.

DÉFAILLANCES D’ENTREPRISES : UN HEUREUX « PARADOXE »

Le Groupe Altarès, observateur de la vie des entreprises, vient de rendre public son rapport annuel sur les défaillances d’entreprises, arrêté à la fin du 4e trimestre 2020. Ces données « résonnent comme un paradoxe », soulignent les analystes en préambule : « les défaillances en 2020 sont au plus bas depuis 30 ans ».

ZOOM SUR LA CONJONCTURE 2020 EN OCCITANIE

Conjoncture, l’économie régionale souffre mais résiste Les Notes de conjoncture mensuelles de la Banque de France prennent en quasi temps réel, le pouls de l’économie. Pour l’Occitanie, les chiffres de décembre 2020 viennent d’être publiés et, selon les analystes, « l’économie régionale a bien résisté » aux contraintes imposées par la situation sanitaire. Cette appréciation globale doit cependant être nuancée en fonction des secteurs et filières, certains ayant plus souffert que d’autres.