Skip to main navigation Skip to main navigation Aller au contenu principal Skip to breadcrumb Skip to footer
1er accélérateur des entreprises

L’ATELIER DU SIROP, LE GOÛT DE LA CCI

Ancien responsable de production dans l’agroalimentaire, Loïc Dubuc est devenu sirupier. À 41 ans, il a repris une entreprise aussi originale que l’appellation de ce nouveau métier qu’il exerce dans l’Hérault. Sous la marque « L’Atelier du Sirop » il fabrique désormais des sirops de fruits, fleurs, plantes et épices et a choisi la CCI Hérault pour l’accompagner.  
L’ATELIER DU SIROP, LE GOÛT DE LA CCI
Partagez sur Facebook Partagez sur Twitter Partagez sur LinkedIn
Partagez par Email
Imprimez
Lundi 30 novembre 2020

Loïc Dubuc a entraîné son épouse Cassandre dans cette aventure qui a d’abord consisté à reprendre une entreprise familiale située à Castelnau-le-Lez, aux portes de Montpellier, laquelle se consacrait à cet art délicat qui ne se limite pas à la grenadine. Bien sûr, on ne s’attaque pas à ce genre de créneau avec le seul souci du bien faire artisanal. Il faut aussi de l’imagination : Loïc Dubuc revisite l’offre de produits et s’attelle à sortir de ses siroptiers des extraits de goûts auxquels on ne s’attend pas spontanément : châtaigne, figue, lavande, mimosa, coquelicot, sapin, curcuma, pain d’épices… La liste est encore aussi longue que parfois surprenante. Toutefois, derrière la poésie des parfums s’impose la réalité de l’entreprise. « La seule volonté de reprendre une entreprise ne suffit pas », témoigne Loïc Dubuc qui s’adresse à la CCI Hérault « parce que dans mon ancienne carrière la CCI faisait partie de mon paysage. Au départ, j’y étais allé pour poser des questions puis, de fil en aiguille j’ai présenté mon projet et ils m’ont proposé de m’accompagner ». Il ne regrette pas sa démarche. « Mon conseiller m’a permis d’obtenir une subvention de 40 000 € au titre d’un contrat transmission-reprise, ce qui a constitué un apport des plus salutaires. En outre, ils m’ont aidé à réaliser une étude de marché bien plus solide que je n’aurais su faire. ». Aujourd’hui, deux ans après que L’Atelier du Sirop a pris ses marques, avec 40 000 bouteilles par an et un CA de 120 000 €, Loïc Dubuc pris de passion par son nouveau métier, voit plus nature et plus grand. Il envisage de déménager la siropterie dans le chai d’un domaine viticole familial, près de Mèze. Il veut non seulement accroître de 25 % sa production dès l’année prochaine, mais également passer au bio, de préférence avec des produits locaux. Il envisage aussi d’embaucher une personne pour accompagner cet élan. «Bien-sûr, pour m’aider à opérer cette transition, j’ai fait appel à la CCI Hérault qui m’a d’ores et déjà inscrit au titre d’un Pass-relance agro-viti et m’accompagne dans les démarches nécessaires à l’obtention d’une certification bio». Il pense ainsi consolider sa ligne : un esprit artisanal, des produits locaux, simples, sains, et gourmands.

 

L'atelier du sirop

Le soutien de la CCI, c’est de l’énergie pure : d’abord on gagne du temps dans les méandres administratifs, et ensuite on met à notre disposition un panel de solutions dont on ignorait jusqu’à l’existence 

- Loïc Dubuc, créateur de L’atelier du Sirop