Skip to main navigation Skip to main navigation Aller au contenu principal Skip to breadcrumb Skip to footer
1er accélérateur des entreprises

Défaillances d’entreprise : funeste 4e trimestre

57729 défaillances d’entreprises en France en 2023, 5 198 en Occitanie. Ces chiffres, qui intègrent à la fois les liquidations, les placements en redressement judiciaire et les mesures de sauvegarde, portent la marque « d’une conjoncture ultra-tendue ». C’est l’observation globale du cabinet Altarès qui a recueilli ces données brutes. L’Observatoire Économique du réseau des CCI d’Occitanie (OBSéco) les a affinés et vient de les rendre publics.
défaillance
Partagez sur Facebook Partagez sur Twitter Partagez sur LinkedIn
Partagez par Email
Imprimez
Mercredi 31 janvier 2024

Assez brutal, le premier constat est sans appel : « la France enregistre l’un des pires 4e trimestre sur 30 ans », signale le cabinet Altarès. « Hausse de 40 % des défaillances d’entreprises en Occitanie » (par rapport à 2022), relève d’emblée l’OBSéco qui note que ce ratio est supérieur à la moyenne nationale (35,8 %).

 

Dans le détail, pour notre région, ce sont les entreprises de 10 à 49 salariés qui sont les plus touchées par cette hausse (324 défaillances, soit +52,1 % par rapport à l’année précédente), suivies par les moins de 10 salariés (4 853 défaillances, soit + 39,7 %). En revanche le volume reste « stable » pour les entreprises de plus de 50 salariés (21 défaillances).

 

La carte des défaillances est sans surprise : ce sont les départements les plus industrialisés qui sont les plus affectés. Ainsi, Haute-Garonne (1 267 défaillances), Hérault (1 174) et Gard (607 défaillances) « pèsent » à eux trois 59 % des défaillances enregistrées en sur l’ensemble du territoire régional. En revanche, même si le chiffre brut des défaillances dans les départements les plus ruraux est très inférieur aux trois précédents, la hausse des défaillances y dépasse parfois la moyenne régionale (+76 % pour les Hautes Pyrénées avec 185 défaillances, + 75 % en Aveyron pour 161 défaillances). A contrario, certains se tiennent en dessous (Gers + 34 % pour 130 défaillances).

 

Des disparités également sectorielles

Enfin, l’OBSéco se penche sur les distinctions qui peuvent s’opérer en fonction des secteurs d’activité. Ainsi, avec 1 107 défaillances (soit 21,3 % de l’ensemble), le bâtiment est l’activité la plus affectée, suivie par le commerce de détail (717 défaillances, 13,8 % du total) et la restauration (634 défaillances, soit 12,2 %).

 

Les secteurs qui s’en sortent le mieux renvoient aux activités de service (communication, assurance, réparations, hébergement, aide à la personne…). En dépit de ces données aux contours négatifs, l’OBSéco rappelle cependant que, de 2010 à 2016 le nombre absolu de défaillances avait dépassé celui enregistré en 2023 (avec notamment un pic de 6 116 défaillances en 2013).

a retenir