Skip to main navigation Skip to main navigation Aller au contenu principal Skip to breadcrumb Skip to footer

1er accélérateur des entreprises

Recherche

Zoom sur les ports maritimes de commerce d’Occitanie en 2020

La crise sanitaire n’a pas épargné l’activité des trois ports maritimes de commerce (marchandises, passagers, croisières) de la façade méditerranéenne en Occitanie. L’activité cumulée de Sète, Port-Vendres et Port La Nouvelle pour 2020 a reculé de 25,7 % au regard de l’année 2019, soit 1 244 entrées de navires contre 1 675.
Zoom sur les ports maritimes de commerce d’Occitanie en 2020
Partagez sur Facebook Partagez sur Twitter Partagez sur LinkedIn
Partagez par Email
Mardi 7 septembre 2021

Pour Didier Codorniou, vice-président de la Région Occitanie et président du Parlement de la mer, « La Région Occitanie a, dès 2016, affirmé sa volonté de mettre l’accent sur une richesse naturelle de notre territoire : le littoral et la mer Méditerranée. La mise en œuvre de la loi NOTRe a, depuis, renforcé les compétences de la Région qui est devenue propriétaire de certains ports de plaisance et des espaces portuaires. En lançant le Plan Littoral 21, nous avons voulu donner un nouvel élan à l’économie bleue. Cette volonté s’est concrétisée par un investissement de plus d’un milliard d’euros dans 550 projets. L’économie maritime fait partie de notre Green New Deal car l’avenir passe par la mer. Cette conviction, et les actions et les investissements qui en ont résulté, ont permis à nos 3 ports maritimes de commerce de résister à une année 2020 marquée par une baisse mondiale des flux passagers et marchandises. » Une baisse qui n’a pas épargné les infrastructures d’Occitanie comme le montre le comparatif 2019-2020 de l’activité des trois ports de la région établi par l’Observatoire Économique de la CCI Occitanie (OBSéco). Les chiffres ont été examinés par secteur d’activité. Sans surprise, c’est le trafic « passagers » qui a été le plus sévèrement affecté. Deux ports sont à cet égard concernés. Port-Vendres, tout d’abord, qui avait enregistré 2 813 passagers de croisière en 2019, a vu son trafic réduit à néant en 2020. Le port de Sète a maintenu une faible partie de son activité passagers, qui régresse de 64,5 % sur la période concernée. Concernant le trafic global de marchandises (embarquées et débarquées), le recul sur l’ensemble des trois ports est de 389 129 tonnes en 2020, soit 6,2 % de moins qu’en 2019. Toutefois, ce constat accepte des nuances. Ainsi, le volume de marchandises débarquées est en recul de 10,4 %, mais en revanche le volume de marchandises embarquées est, lui, en hausse, notamment à Sète qui enregistre en 2020 un surcroît de 19 % d’activité.

 

Des nouvelles typologies de flux

Durant la pandémie, la nature des activités marchandes a modifié la typologie des flux habituels. Ainsi, Sète a pu relever une montée en puissance du trafic de fret roulant en provenance de Turquie. A contrario, les exportations de céréales à partir de Port la Nouvelle ont marqué un net recul en 2020, et sont en partie la cause d’une baisse de 24,5 % de l’activité « commerce embarqué ». Pour Port-Vendres, le flux de véhicules de location en provenance de Corse et ensuite acheminés vers le distri-port du Boulou s’est interrompu ; cependant, les importations en provenance du Maroc (tomates, agrumes, légumes et fruits) qui avaient quasiment disparu en 2019 ont repris en 2020 (1 729 tonnes). Ainsi, Port-Vendres a pu sauver son année et revendiquer un quasi-équilibre de son activité commerciale en 2020 (-0,7 % par rapport à 2019).

    La Région Occitanie a, dès 2016, affirmé sa volonté de mettre l’accent sur une richesse naturelle de notre territoire : le littoral et la mer Méditerranée. La mise en œuvre de la loi NOTRe a, depuis, renforcé les compétences de la Région qui est devenue propriétaire de certains ports de plaisance et des espaces portuaires. En lançant le Plan Littoral 21, nous avons voulu donner un nouvel élan à l’économie bleue. Cette volonté s’est concrétisée par un investissement de plus d’un milliard d’euros dans 550 projets. L’économie maritime fait partie de notre Green New Deal car l’avenir passe par la mer. Cette conviction, et les actions et les investissements qui en ont résulté, ont permis à nos 3 ports maritimes de commerce de résister à une année 2020 marquée par une baisse mondiale des flux passagers et marchandises.

    Didier Codorniou, vice-président de la Région Occitanie et président du Parlement de la mer

    À retenir :

    • 25,7 % de recul en 2020 pour les activités maritimes de commerce
    • - 64,5 % pour le trafic passager, - 6,2 % pour le trafic marchandises
    • + 100 % d’importations marocaines à Port-Vendres en 2020
    • + 19 % d’export au départ de Sète