Skip to main navigation Skip to main navigation Aller au contenu principal Skip to breadcrumb Skip to footer
1er accélérateur des entreprises

Recherche

Vendanges 2022 : un grand millésime attendu

En Occitanie, la vendange 2022 est rentrée. Les premiers indicateurs convergent vers une contraction des volumes récoltés dans l’Ouest, mais sur l’ensemble des vignobles et appellations, on souligne que le millésime 2022 s’annonce d’une qualité exceptionnelle.
VITICULTURE, ENJEUX ET PERSPECTIVES
Partagez sur Facebook Partagez sur Twitter Partagez sur LinkedIn
Partagez par Email
Imprimez
Mardi 22 novembre 2022

Avec 268 000 ha cultivés et transformés par 22 600 entreprises et exploitations, le vignoble d’Occitanie est le premier en France, tant en ce qui concerne la culture traditionnelle que pour le bio qui représente 37 % des surfaces cultivées. Selon les années, les volumes récoltés oscillent (statistiquement) autour de 15 millions d’hl. ce qui représente environ 34 % du vin français et « en moyenne » un CA de 1,7 Md€. En outre, la région occupe une place majeure en France sur le segment de marché des IGP et AOP (59 vins en AOP et 36 en IGP).

 

La saison 2021-2022 a été émaillée d’incidents climatiques : du gel peu avant le printemps et la canicule estivale. De fait, les grappes qui ont traversé l’hiver ont été en déficit hydrique durant l’été. En conséquence, les viticulteurs ont récolté des grains plus petits. Toutefois, ils se révèlent denses en termes de concentration en sucres et tannins. Selon les premiers indicateurs fournis par la DRAAF (Direction Régionale de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt), les volumes attendus varient selon les régions viticoles : - 21 % pour les vins du Sud-Ouest, pour un volume estimé à 2,6 M hl, + 9 % pour le Languedoc-Roussillon, pour une récolte évaluée à 12,56 M hl, ce qui, au cumul, avec 15,1 M hl, se contient dans la moyenne. Par ailleurs, la récolte 2022 laisse également augurer une hausse des prix pour le consommateur français. Pour Denis Carretier, Président de la Chambre Régionale d’Agriculture Occitanie, « il reste toutefois un volume important de stocks. Nécessairement, certains vont être tentés de les écouler en cassant les prix et dans ces conditions, on ne sait pas comment le marché peut se comporter ».


Mais ce n’est pas exclusivement la qualité qui se paiera. Outre l’augmentation de l’énergie, la hausse du prix du verre (de + 25 % à + 40 %, selon la qualité), du prix du carton et du papier pour les étiquettes (+ 20 % à + 30 %), voire des engrais, il est probable qu’en bout de ligne le consommateur devra endosser tout ou partie de ces surcoûts. « Je ne sais pas si la situation est réelle ou provoquée. S’il existe réellement une crise ou si certains verriers ou cartonniers organisent une pénurie, toujours est-il que la mise en marché de la récolte 2022 s’annonce un peu complexe sur le plan national. En revanche, pour les marchés étrangers, eu égard à la montée du dollar et à la baisse inexplicable du transport par containers, certains pourront trouver dans l’export une bonne solution », estime Denis Carretier.

La mise en marché de cette récolte sera complexe. D’une part, il reste des stocks de l’année dernière qui ont tendance à tirer les prix vers le bas. D’autre part, les tarifs du verre, des cartons, et même des bouchons ont terriblement augmenté, et risquent d’alourdir le prix du col. En revanche, eu égard à la montée du dollar, l’export peut être une opportunité.

Denis Carretier, Président de la Chambre Régionale d’Agriculture Occitanie.

À retenir :

  • - 21 % pour les vins du Sud-Ouest, pour un volume estimé à 2,6 M hl
  • + 9 % pour les vins du Languedoc-Roussillon, pour une récolte évaluée à 12,56 M hl
  • Soit, au cumul, un volume prévisionnel de 15,1 M hl se maintenant dans la moyenne
  • 268,000 ha de vignes en Occitanie 1er vignoble français
  • 15 M hl récoltés « en moyenne » par an
  • 59 AOP, 36 IGP, 37 % des surfaces en bio

Dépôts et crédits, l’Occitanie dans la moyenne

En juin 2022, le montant des dépôts d’encours en Occitanie était de 190,3 Md€, qui situait la région en 5e place dans la hiérarchie nationale. A la même date, les crédits bancaires s’élevaient à 183,4 Md€ d’encours ce qui correspond encore au 5e rang national.

Recrutements : un manque de candidats… et de motivation ?

L’information n’est pas que nationale : en Occitanie aussi, les entreprises ont du mal à recruter. Pour sa « note de conjoncture » relative aux recrutements, l’Observatoire Économique des CCI d’Occitanie (OBSéco) a consulté 2 852 entreprises.